AGENDA  

Aucun évènement à venir!
   

IESF  

iesf

   

Visite de la galerie de sécurité du tunnel du Fréjus

Détails

Jeudi 29 septembre, seize membres de l'UDISS ont visité une partie de la galerie de sécurité du tunnel du Fréjus.

Sous la conduite de Vincent AVRIL et Florian LASCOMBES de l'entreprise Razel Bec Fayat, nous avons pu découvrir l'ouvrage et ses abords.

Seconde galerie du tunnel du Fréjus :

Une galerie initialement conçue pour la sécurité du tunnel existant et qui devient tube routier unidirectionnel dans le sens Italie – France, le tunnel actuel fonctionnera dans le sens France – Italie.

tunnelCe nouveau tube sera probablement ouvert à la circulation en 2020.

Initié en 2009, le percement de la seconde galerie du tunnel du Fréjus (Savoie), longue de 12 875 m entre la France et l’Italie, s’est achevé le 17 novembre 2014 par une grande cérémonie à Bardonecchia (Piémont).

Trente ans après la mise en service du tunnel du Fréjus – réalisé alors en méthode conventionnelle à l’explosif –, la SFTRF(Société française du tunnel routier du Fréjus) et son homologue italienne, la SITAF (Società italiana per il traforo autostradale del Frejus), ont célébré la fin du percement, au tunnelier, de la seconde galerie de l’« ouvrage routier souterrain le plus long d’Europe ».

Initialement conçu comme galerie de sécurité – afin de mettre le tunnel du Fréjus en conformité avec la réglementation mise en place après la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc –, ce second tube est devenu, au fil de l’avancée du projet, un tube routier unidirectionnel carrossable, réservé à la circulation des véhicules légers et des poids lourds dans le sens Italie-France. Le tunnel existant, distant de 50 m, sera, quant à lui, dévolu à la circulation dans le sens France - Italie, sa deuxième voie devenant une bande d’arrêt d’urgence.

Long de 12 875 m, un diamètre de 8 m sous une couverture rocheuse d’environ 1800m

Long de 12 875 m, entre les vallées de l’Arc et de Rochemolles, et présentant un diamètre de 8 m, ce nouveau tunnel routier transalpin traverse, côté français, sur les 1 700 premiers mètres, les formations de la zone briançonnaise externe, composée d’une série d’écailles très hétérogènes (anhydrites, cargneules, schistes verts). Il se poursuit ensuite exclusivement dans des schistes lustrés de la zone piémontaise (ou calcschistes), jusqu’à des formations de moraines sur le versant italien. « Construire un tunnel routier aussi long et sous une couverture rocheuse aussi importante – près de 1 800 m –, est une première mondiale », a indiqué Didier Simonnet, directeur général de la SFTRF.

1,2 million de m3 de marins extraits

Mandataire du groupement choisi en 2009 pour les travaux côté français, puis en 2011 côté italien, l’entreprise Razel-Bec a employé un tunnelier Herrenknecht doté d’un bouclier simple jupe à appui longitudinal, avec mise en place automatique des voussoirs. Tunnelier de type « roche dure », d’une longueur de 170 m, cette machine a été montée dans une chambre souterraine de 650 m de long, creusée à l’explosif, à l’entrée de la galerie, à proximité de Modane (Savoie). Avançant au rythme moyen de 400 m par mois, le tunnelier a rencontré deux zones de forte convergence (de l’ordre de 20 à 40 cm), zones où les voussoirs ont été renforcés (jusqu’à 270 kg/m3 d’acier). Au total, 1,2 million de m3 de marins ont été extraits de la galerie, dont la moitié a été stockée dans une ancienne carrière Socamo, via une galerie de marinage de 485 m de long, spécialement créée pour l’occasion et reliant directement le site au chantier.

34 abris de sécurité de 100 m², 5 by-pass carrossables, entre les deux galeries, 8 stations techniques et de deux usines de ventilation

Le chantier de la seconde galerie du tunnel du Fréjus comprend également la réalisation de 34 abris de sécurité de 100 m² dans les inter-tubes ainsi que la création de 5 by-pass carrossables, entre les deux galeries, pour le passage des équipes et des engins de secours. Jusqu’en 2019, les travaux porteront également sur la construction de 8 stations techniques et de deux usines de ventilation, permettant la mise à niveau réglementaire de la nouvelle infrastructure.

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011