lu pour vous numéro 104

Détails

" Lu pour vous " n° 104*

Sommaire

  • Informatique- zoom techno : le PC à reconnaissance gestuelle
  • Informatique- zoom techno : ce boîtier rend n’importe quelle imprimante utilisable à distance
  • Domotique - électroménager : le nez intelligent teste la fraîcheur des aliments
  • Domotique - prototypes : un modèle de serrure électronique
  • Actualités sciences - transports : doubler en toute sécurité derrière une semi-remorque « transparente »
  • Actualités sciences : la plus grande ferme hors-sol au monde
  • Santé : un capteur au cœur de la tumeur
  • Science et techniques – aérospatial : l’avion spatial prépare son grand retour avec six projets phare

Informatique – zoom techno : le PC à reconnaissance gestuelle.

lpv1042Diriger un ordinateur par un simple mouvement des mains, c’est désormais possible !

C’est le constructeur HP qui inaugure cette fonction avec son Envy 17 SE Leap Motion Edition. Baisser la main droite et lever la gauche pour incliner un avion dans un jeu, passer d’une page à l’autre sur une recette de cuisine avec un simple revers du poignet, ou encore assembler des éléments en saisissant des briques imaginaires....

La start-up californienne Leap Motion a repris le principe di Kinect de la Xbox de Microsoft et l’a étendu à la manipulation d’applications bien plus fines. Selon ses concepteurs, le Leap Motion serait 200 fois plus précis que le Kinect, au point de suivre les mouvements individuels de chacun des doigts.

Pour l’utiliser, il faut placer ses mains au-dessus du capteur et ce dernier, équipé de deux caméras, de deux diodes infrarouges et d’un algorithme, suit les doigts et interprète leurs mouvements comme des commandes. En revanche, il ne voit plus votre pouce dès lors que vous lui faites toucher votre majeur ou que vous le placer au creux de la main. Autres bémols : le traitement de l’interface accapare jusqu’à 10% de la puissance de l’ordinateur, et les applications sont encore peu nombreuses. Mais les « makers » et d’autres utilisateurs de fichiers 3D apprécieront.

Source : SCIENCE et VIE spéciale high tech, hors-série, signé Y.S

Lire la suite...

lu pour vous numéro 103

Détails

" Lu pour vous " n° 103*

Sommaire:

  • Images & Son : La révolution des lunettes connectées
  • Actualités - Chimie : du roseau dans les batteries
  • Santé - neurologie : on a compris comment une protéine provoque Parkinson
  • Science & futur : un prototype de désalinisateur universel d'eau de mer arrive à tirer son énergie de la houle
  • Science & futur : Les premières fruits et légumes cultivés sous l'eau. (Ligurie, Italie)
  • Le cœur stimulé : la miniaturisation révolutionne le pacemaker
  • Technologies innovantes : l'impression en 3D au service de la santé

Images & Son : La révolution des lunettes connectées.

lpv1031Voir la réalité autrement, c’est -à- dire augmentée d’informations, de perceptions, de géolocalisation. Telle est l’ambition des lunettes connectées, Google Glass en tête. A la clé ? L’invention d’un rapport au monde totalement inédit, dont les contours restent cependant encore à définir.

Un concentré de technologies désormais matures.

Pour prendre la mesure de ce bouleversement annoncé, il faut regarder au-delà des Google Glass : les lunettes connectées de la firme de Mountain View ne sont que les éclaireuses d’une ère nouvelle qui n’attend plus que son public. Ainsi, d’autres lunettes s’abreuvent aux mêmes technologies et visent plus loin. Prenez les Space Glasses de la société Meta. Ce qu’elles offrent aux yeux apparaît directement dans le champ visuel, via un afficheur transparent tenant lieu de verre. De surcroît, elles intègrent une seconde caméra captant l’infrarouge, qui facilite la localisation dans l’espace des objets et des mains. Steven Feiner, conseiller scientifique de cette société, imagine une foule d’applications destinées à un large public, exploitant à fond le potentiel de la réalité augmentée. « Pensez d’abord à la maintenance, la réparation, la construction, la cuisine.... explique ce chercheur de l’université Columbia (New-York), un des pères de la réalité augmentée. Il y a ensuite le tourisme, et plus généralement l’information concernant des lieux dans lesquels il sera possible de faire revivre des événements passés, historiques ou culturelles.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 102

Détails

" Lu pour vous " n° 102*

Sommaire

  • Science - cosmos : de son voyage sur la planète voisine, le «Rover martien Curiosity » a envoyé un « selfie » vers la Terre
  • Sciences fondamentales : les micros algues bientôt à la pompe
  • High-Tech : la chasse aux drones est ouverte
  • Science : technique microscopique perfectionnée
  • Science & découvertes - écologie : plancton, le plus vaste écosystème livre ses secrets

Science-cosmos : de son voyage sur la planète voisine, le « Rover martien Curiosity » a envoyé un « selfie » vers la Terre.

Le 1 065 ème jours de son voyage sur Mars, le Rover « Curiosity » a pris une photo unique de lui-même. Comme une photo à partir d'un bras étendu, le robot de recherche a réalisé un autoportrait qui le montre d'un angle de vue inhabituel. Prise légèrement d'en bas, on peut regarder sur cette photo pour la première fois en dessous de la machine. L'image est tellement détaillée qu'on peut même observer une petite pierre accrochée dans une des roues.

Ce selfie remarquable a été réalisé le 5 août dans une zone de contact géologique ou Curiosity avait prélevé et analysé, dans son propre laboratoire, des échantillons de roches depuis plusieurs semaines. Selon la Nasa, les analyses ont trouvé des quantités inhabituelles de silicium et d'hydrogène, présumant de l'eau liée aux minéraux dans le sous-sol.
A cet endroit, à un mètre de profondeur, le sous-sol contient de trois à quatre fois plus d'eau qu'à n'importe quel autre endroit analysé par Curiosity les trois dernières années.
La photo a été prise juste après que le Rover avait utilisé pour la première fois sa perceuse pour perforer une roche dénommée « Buckshin ». La poudre recueillie est actuellement analysé au labo du Rover.

La photo a été prise avec le Mars Hand Lens Imager (Mahli) construit par Malin Space Science Systems, de San Diego. Il est monté sur un bras du robot et sert en premier lieu pour des prises en gros plan de la surface de Mars et des échantillons de roches et pas pour des « selfies ».
Le bras du robot ne se voit pas sur la photo, car la camera Mahli est fixée dans des positions calculés avec exactitude, à partir desquelles sont prises de multiples photos partielles, mises ensembles sur un ordinateur. Le bras est positionné de telle façon qu'il reste invisible sur les photos individuelles.

Source : SPIEGEL on line du 22 août 2015, signé mak.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 101

Détails

" Lu pour vous " n° 101*

Sommaire

  • Science & futur : les prochaines éoliennes n’auront plus de pales
  • Electronique : un matériau à base de bois pourrait remplacer le silicium des puces
  • Science & Technologie : 1600 km/h, la voiture de tous les records
  • Science – astronomie : la première agonie d’un soleil saisie en détail
  • A la une : Paradis extrasolaire : Il existe des terres plus vivables que la nôtre
  • Science & futur : un moteur qui doit révolutionner le vol spatial va être testé

Science & futur : les prochaines éoliennes n’auront plus de pales.

lpv101 1Produire de l’électricité grâce à des éoliennes sans pales... voici le projet un peu fou sur lequel travaille depuis quatre ans Vortex Bladeless, une start-up espagnole, qui vient de déménager à Boston, aux Etats-Unis, afin d’y trouver les financements nécessaires. Le principe, radicalement différent de celui des éoliennes conventionnelles, consiste à utiliser l’effet aérodynamique des tourbillons d’air, un effet vortex bien connu en aéronautique. Une idée qui se traduit sous la forme d’un mât en deux parties : un cône vertical ultraléger, creux et mobile, en fibres de verre et de carbone, se fixe sur un tube rigide arrimé au sol. Sous l’action du vent, la partie supérieure et conique du mât oscille : c’est ce mouvement qui produit de l’électricité grâce à un système de bobines et d’aimants.
Des dizaines de tests ont déjà été réalisés à l’aide de différents prototypes.

Selon leur hauteur, les mâts captent 15 à 30 % d’énergie cinétique de moins que les systèmes actuels. Un manque à gagner compensé, selon les concepteurs, par la possibilité de placer deux fois plus de mâts que d’éoliennes tripales dans un champ de même taille. Vortex Bladeless prévoit déjà de commercialiser différents modèles : elle proposera avant la fin de l’année un mât de 3 m de hauteur produisant 100 W, dans un an, un mât de 13 m développant 4 kW ; puis, d’ici quatre ans, un modèle d’environ 127 m de hauteur qui devrait, lui, atteindre 1 MW de puissance.

Source : SCIENCE et VIE, n° 1 175, août 2015, signé E.T.-A.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 100

Détails

" Lu pour vous " n° 100*

Le « centenaire » : 12 janvier 2011 (n° 1) / 24 juillet 2015 (n° 100).

Sommaire

  • Biophysique : les cellules distinguent la droite de la gauche
  • Cool tech : Ninebot One, stop ou encore
  • Combien de données (informatiques) génère l’humanité chaque jour ? Le volume massif de données que l’humanité génère crée un nouveau genre de problème
  • Armée High-Tech : les armées du futur
  • Architecture : Sky scrapers (gratte-ciel)
  • High-Tech : les sous-marins géants passent à l’attaque
  • Actualité culinaire – Italie : pizza pour gros appétit.

Sources des informations pour la rédaction des « Lu pour vous » :
Revues : Science et Avenir, Science et Vie, La Recherche, Pour la Science (mensuels), Time magazine, Der Spiegel magazine, Challenges, Le Nouvel Observateur, L’Express ( hebdomadaires) , Le Figaro, Le Monde et Spiegel on line ( journaliers), Top Santé, Recherche & Santé (occasionnel).


Biophysique : Les cellules distinguent la droite de la gauche.

lpv1001Confinée dans une microstructure parfaitement ronde, cette cellule de peau humaine (un peu plus petite que le diamètre d’un cheveu) s’est organisée en vrillant sa structure interne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Les fibres du cytosquelette de la cellule de ce type s’organisent dans ce même sens, rapporte une étude dirigée par Alexander Bershadsky, à l’université de Singapour.

« Ce qui est remarquable, c’est qu’une cellule placée dans des conditions parfaitement isotropes, sans orientation privilégiée, a développé spontanément une architecture biaisée dans un sens plutôt que dans l’autre », commente Manuel Théry, de l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

Cette existence d’une direction préférentielle intrinsèque aux cellules ouvre de perspectives dans la compréhension des brisures de symétrie à plus grande échelle : on ne sait toujours pas pourquoi nous avons le cœur à gauche plutôt qu’à droite par exemple.

Source : LA RECHERCHE spécial n°500, juin 2015, signé Philippe Pajot.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 99

Détails

" Lu pour vous " n° 99*

Sommaire

  • Environnement :
    • L'eau : le recyclage des bouteilles d'eau
    • De la source à la bouteille : Volvic cultive une image de pureté,
  • Science et guerre : la France a son Pentagone
  • Science-technique : nouveau record du monde de l'avion solaire
  • Science : en route vers l'immortalité
  • Actus technos - Acoustique : un appareil sait éteindre le feu ... avec du son
  • Actualités - Astrophysique : de mystérieuses galaxies très lointaines

Environnement :
L'eau : le recyclage des bouteilles d'eau.

 lpv991

Source : L’Express, édition spéciale, supplément, n° 3 337 du 17 juin 2015 ; signé C.C.

De la source à la bouteille : Implantée au cœur des volcans d'Auvergne, Volvic cultive une image de pureté.

Ici, le basalte, pierre volcanique résistante, a longtemps fait la renommée du village. Mais si les carrières sont florissantes, l'eau potable est longtemps restée une denrée rare.

En 1927, le perçage d'un tunnel horizontal de près de 700 mètres permet d'accéder à la source dite « du Goulet » qui alimente aujourd'hui en eau courante 33 communes et 70 000 habitants alentours. Toutefois ce n'est pas elle qui fait la réputation internationale de Volvic : la composition de cette eau de source s'avère variable. La découverte de l'Eldorado, remonte seulement à 1963, quand un forage vertical de 100 mètres de profondeur permet de découvrir la source Clairvic, souterraine et située en pleine campagne. Dès 1965, son eau à l0°C est labellisée « eau minérale naturelle » par l'Académie de médecine. Une mention qui exige - notamment- que l'eau soit de composition, température et qualité constantes, mais qui constitue un passeport essentiel pour une « success story » internationale.

Toutefois, pour bénéficier du label, il faut satisfaire à d'autres exigences, notamment d'être mis en bouteille à proximité. En 1974, la Société des eaux de Volvic construit donc l'usine de Chancet, unique centre d'embouteillage de Volvic, à seulement quatre kilomètres de la source, à laquelle seuls les fontainiers ont accès à des fins de prélèvement. Une fabrique, qui aujourd'hui, totalise 16 hectares de superficie (huit fois plus qu'à sa création) pour une production de quelque cinq millions de bouteilles par jour. L'eau y est directement propulsée (à 89 litres/seconde soit 15% seulement du débit de la source, afin de préserver son cycle de renouvellement), depuis les cinq forages, via une canalisation en acier inoxydable enterrée quelques centimètres sous terre.

C'est après que tout s'accélère. S'il faut cinq ans pour qu'une goutte de pluie ou un flocon traverse les trois couches successives de roches volcaniques (la trachy-andésite, la pouzzolane et le basalte) et atteigne enfin, à 100 mètres de profondeur, le granit imperméable qui permet de la recueillir, il faut seulement cinquante minutes pour que l'eau soit conditionnée et prête à livrer. L'usine ne ferme jamais. Elle fonctionne 24 heures/24 et ses 10 lignes de production dédiées sont intégralement automatisées : zéro stockage, et un embouteillage instantané sans que, jamais, la main de l'homme n'intervienne et ne risque de contaminer le précieux liquide. Près des lignes de production, tenue de rigueur pour le personnel, charlotte, masque, nettoyage répétés et vérification des mains et même des semelles passées au pédiluve, atmosphère contrôlée, mais aussi diffuseurs d'air pur assurent une sécurité optimale, certifiée par près de 700 contrôles quotidiens tous azimuts.

A 850 salariés que viennent épauler 200 intérimaires en période intensive, l'usine de Chancel participe fortement au dynamisme du tissu économique local : elle est la seconde entreprise agro­ alimentaire d'Auvergne. Depuis sa création, elle n'a jamais cessé d'innover : fabrication de ses propres bouteilles (dont certaines en PET végétal qu'elle est la première marque française à avoir utilisé), premières eaux aromatisées, dès 1980, et forte ouverture sur le monde de soft drinks, avec, en 2003, l'ouverture d'un site spécialisé dans les boissons aux jus de fruits à l'eau de Volvic. Qui atteint un volume actuel de deux millions de bouteilles par jour (en plus des cinq millions d'eau « classique ») pour quelques 200 recettes différentes, selon les pays. La Société des Eaux de Volvic, qui capte, embouteille et commercialise l'eau de la source Clairvic, a également su s'attirer les faveurs du public, notamment en ouvrant très grand et très tôt - dès 1965 - les portes de son parc et de son usine. Avec 150 000 visites gratuites par an pour le parc et 3 000 pour l'usine, sécurité oblige, elle sensibilise à l'environnement et propose randonnées, courses d'orientation, balades en Segway ou circuits de géocashing, au cœur de son impluvium protégé. Cette mission de préservation assurée par le Comité environnement pour la protection de l'impluvium de Volvic (Cepiv) a été remarquée par l'union européenne. Il fait aujourd'hui office de site pilote dans le cadre du projet Semeau pour la gestion des eaux de surface et souterraines.

Chiffres cles :
Implantation : Volvic, Puy-de-Dôme (63)
Date de création : janvier 1957 pour la Société des eaux de Volvic, 1974 pour l'usine de Chancet.
Effectif : 850 salariés en CDI + 200 intérimaires.
Chiffre d'affaires : 411 744 000 (+ 2% par rapport à 2013).
Nombre de bouteilles produites : 1,2 milliard par an.
Bouteilles de Volvic bues dans le monde : 40 par seconde.
Nombre de pays consommateurs : 65.
Exportation : 70% du CA.
Groupe : Danone.

Source : L'Express, édition spéciale, n° 3 337 du 17 juin 2015, signé I.D.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 98

Détails

" Lu pour vous " n° 98*

Sommaire

  • lnfo flash : 621 millions d'Africains sans électricité / Les enfants numériques
  • Science-cosmos : après un silence de sept mois, le contact radio a repris avec l'atterrisseur Philae sur la comète Tchouri
  • Actualité - Science : une prothèse de main robotisée en impression 3D
  • La Terre inconnue : une genèse qui pose encore question
  • Science & Futur : des briques imprimées en 3D climatiseront les maisons
  • Science & Futur : ce cargo« à voile» intelligent promet d'optimiser le fret
  • Science & Futur : le train sous vide entre en phase de tests (Quay Valley, Californie),
  • Question aux experts : faut-il prendre des notes à la main ou à l'ordinateur ?

Info flash :
Environnement : 621 millions d’Africains sans électricité.

La fée électricité a été parcimonieuse avec le continent africain.

L’Africa Progress Panel, le think tank de Kofi Annan, vient de publier un rapport qui dresse un constat cruel et sans appel : aujourd’hui encore, 621 millions de personnes d’Afrique subsaharienne, hors Afrique du Sud, ne sont pas reliées à l’électricité. Il faut huit ans à un Tanzanien pour en consommer autant qu’un américain en un mois. Cette pénurie d’énergie freine la croissance de la région. 55 milliards de dollars par an seront nécessaires pour garantir l’accès au réseau électrique à tous les Africains d’ici 2030.

Source : Le Nouvel Observateur, n° 2040 du 11 au 17juin 2015.

Les enfants numériques :

lpv981

Source : Le Nouvel Observateur, n° 2040 du 11 au 17 juin 2015.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 97

Détails

" Lu pour vous " n° 97*

Sommaire

  • Renseignements : les oreilles de l'Etat
  • Economie : 1 046 projets chinois en Afrique
  • Biotechnologies : des routes goudronnées en biobitume
  • Science & Technique : équiper un chasseur avec un laser de 100 kilowatt pour abattre fusées et avions
  • Economie : faire fortune en Californie
  • Technologie : les routes de cinquième génération
  • Astrophysique : quelle est notre place dans l'Univers ?
  • High-Tech : la maison se branche sur batteries

Renseignements : les oreilles de l'Etat.

lpv971

Source : Le Nouvel Observateur, N° 2436, 30 avril 2015, Ministère de la Justice.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 96

Détails

" Lu pour vous " n° 96*

Sommaire

  • Environnement : Des déchets, des bactéries et des bioplastiques. Un consortium breton met au point un procédé dans lequel des bactéries marines produisent des plastiques biodégradables à partir de détritus de fruits et légumes
  • Technologie : record de vitesse pour une imprimante 3D
  • Astronomie : Tchouri, une comète pleine de vide ? Observée de près depuis des mois par la sonde Rosetta, 67 P/ Tchouroumov dévoile un paysage d'une étonnante diversité : falaises, dunes, dépressions, puits profonds ..., formée de vide, au moins 70%
  • Architecture et économie - mégaprojet au Moyen-Orient. Les états de la région sont connus pour des réalisations architecturales hors du commun. Jusqu'en 2035, pour 100 milliards de dollars, l'Arabie saoudite projette une ville nouvelle pour deux millions d'habitants
  • Actualités - produits : Apple, le nouveau iPhone 6 S et 6 Plus 6, Un analyste a joué au jeu des prédictions

Environnement : Des déchets, des bactéries et des bioplastiques.

A l’heure où l’on interdit les sacs en plastique, un consortium breton met au point un procédé dans lequel des bactéries marines produisent des plastiques biodégradables à partir de détritus de fruits et légumes.

Les gobelets et les assiettes pour le pique-nique du dimanche, c’est bientôt fini. Dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique, l’Assemblé nationale a voté le 10 octobre 2014 l’interdiction des sacs de caisse en plastique à usage unique à partir du 1er janvier 2015. Mais aussi celle de la vaisselle jetable en plastique non compostable en 2020.

La production mondiale des matières plastiques continue d’augmenter : elle a atteint 299 millions de tonnes en 2013, dont 40% environ étaient destinés au marché de l’emballage. Et malgré une croissance exceptionnelle des plastiques biosourcés, de l’ordre de 20% par an, plus de 99% des plastiques sont encore d’origine pétrochimique.

La nécessité de développer rapidement de nouveaux matériaux est d’autant plus cruciale que l’échéance se rapproche pour les sacs en plastique. Plus précisément, leur distribution gratuite ou leur vente sera interdite à la caisse des magasins, sauf s’ils répondent à deux conditions particulières : être biosourcés et compostables.

Ces conditions relèvent de normes techniques. ‘Biosourcé’ qualifie un plastique dont une fraction au moins est issue d’une matière première renouvelable d’origine végétale ou animale. On utilise la datation au carbone-14 pour déterminer ce taux. (On applique la norme ASTM D6866 pour classer les plastiques selon leur teneur en matière renouvelable).

‘Compostable’ désigne des plastiques capables de se dégrader en fin de vie par fermentation biologique en les mélangeant ou non à divers déchets organiques. (Ce terme est défini par la norme NF EN 13432).

Lire la suite...

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011