AGENDA  

Aucun évènement à venir!
   

IESF  

iesf

   

Lu pour vous numéro 131

Détails

" Lu pour vous " n° 131*

Sommaire

  • Stratégie : Huawei se projette en numéro un mondial
  • La folie des grandeurs des milliardaires de la tech : rendre le monde meilleur en changeant le futur
  • Quand la fiction rejoint la science-business : repousser les frontières
  • Actualités high-tech : le train roulera à l'hydrogène
  • Actualités high-tech : la tablette qui offre la sensation du toucher
  • Actualités high-tech : les fusées décolleront depuis le ciel
  • Dossier spécial : lutter contre le handicap : Revue des dernières technologies et des avancées scientifiques qui permettent de surmonter le handicap

Stratégie : Huawei se projette en numéro un mondial.

lpv1311Cloud, big data et Internet des objets : le fabricant chinois de routeurs, commutateurs et smartphones se mue en machine 2.0 des télécoms. Dans sa ligne de mire Apple et Samsung.

Début septembre, à Shangai, pour le Huawei Connect 2016, 20 000 personnes ont assisté à trois jours de conférences axées sur les nouvelles marottes du groupe : cloud, big data et Internet des objets. Dans un show à l'américaine, Ken Hu, le patron, a annoncé ses ambitions dans » la révolution de l'intelligence avec cloud 2.0 ». « C'est l'heure de la révolution de l'intelligence. Nous entrons dans l'époque du cloud 2.0, celle ou les entreprises vont transférer leurs données en ligne. Huawei veut être un précurseur.

Le cloud est devenu l'une de ses trois activités majeures, la plus récente, réservée aux services aux entreprises, et qui compte parmi ses clients Alibaba, TF1 et Criteo. Elle y réalise déjà plus de 4 milliards de dollars de chiffre d'affaires et constitue d'ailleurs l'un des principaux leviers qui devraient lui permettre de maintenir son insolent rythme de croissance dans les années à venir.

Force de frappe en R&D

En 2016, le mastodonte chinois, fabricant historique de routeurs et de commutateurs, a dépassé la barre de 60 milliards de dollars de revenus, 37% de plus que l'année précédente, dont 36 milliards issus des équipements télécoms. Il approvisionne 45 des plus grands opérateurs mondiaux et les français se sourcent tous en partie chez lui.

Le groupe a d'ailleurs démarré en imitant les produits de ses concurrents. ll a ensuite proposé des appareils de bonne qualité à des prix imbattables. De quoi envoyer dans les choux ses concurrents d'alors, Alcatel-Lucent et Ericsson. Mais Huawei reste quasi absent sur le marché américain. Ou la peur de l'espionnage économique est encore très présente.

L'équipementier s'est imposé en misant sur la R&D,qui représente plus de 10% de son chiffre d'affaires chaque année. En 2014, celle-ci est même rentrée dans le Top-100 Global lnnovators.
Huawei, qui a ouvert seize sites de recherche en Europe, dépense beaucoup pour ces talents humains.
Il répète à l’envie que la 5G est sa priorité : 600 millions de dollars au total seront investis dans cette technologie avant 2015. Un argument marketing autant qu'un pari technologique pour larguer définitivement ses concurrents d'ici cinq ans.

Lire la suite...

Lu pour vous numéro 130

Détails

" Lu pour vous " n° 130*

Sommaire :

  • Actualité analyse : la construction navale française pavoise
  • Urbanisme -New-York plus irrésistible que jamais : une mégalopole à l'apogée de son influence et de son charme
  • Environnement - écologie : 24 pays créent la plus grande réserve marine du monde en Antarctique
  • Dossier - Le ventre clé de notre santé : le micro biote allié de notre cerveau
  • High - Tech : la petite reine met les watts

Actualité analyse : la construction navale française pavoise

Les chantiers navals français affichent une santé insolente grâce au secteur de la croisière et de la défense. Les géants asiatiques souffrent.

Vous avez dit crise ? En France, la construction navale ne connaît pas. Alors que les géants asiatiques menacent d'être emportés par la pire conjoncture de leur histoire, les chantiers navals français affichent une santé insolente.

Côté militaire, DCNS, auréolé de sa victoire dans la compétition des sous-marins australiens en avril (34 milliards d'euros), a encore montré les muscles au Salon Euronaval du Bourget du 17 au 24 octobre, avec une nouvelle frégate de 4 000 tonnes, baptisé FTL. « Le secteur est porté par le retour des « Etats puissance », comme la Russie ou la Chine, qui animent le marché », dit son PDG, Hervé Guillou.

Et des acteurs plus petits comme Constructions Mécanique de Normandie (CMN), Piriou, Ocea, Couach ou Socarenam tirent leur épingle du jeu. CMN est ainsi bien placé pour fournir une trentaine de patrouilleurs à l'Arabie saoudite, un contrat potentiel de 600 millions de dollars.

Le civil n'est pas en reste.

Les ex-Chantiers de l’Atlantique, filiale du coréen STX, affiche un carnet de commandes record de 12 milliards d'euros, avec 14 navires de croisière à livrer d'ici à 2026. De quoi attirer les convoitises du néerlandais Damen, de l'italien Fincantieri ou du chinois Genting Hong Kong, candidat à la reprise de la pépite française, si la séparation d’avec STX était actée le mois prochain.

Pourquoi ce succès ?

»Les chantiers navals français sont positionnés sur les deux secteurs qui surnagent : la croisière et la défense » résume Vincent Croizeleau, directeur du site spécialisé Mer et Marine.
« A l'inverse, les acteurs du Sud-Est asiatique sont sur le marché des porte-conteneurs et des vraquiers, qui souffrent du ralentissement du commerce mondial »

Résultat : l'industrie navale française, deuxième acteur européen après l’Allemagne et sixième au niveau mondial, affiche une hausse d'activité de 66 % en 2016, ce qui en fait le secteur économique tricolore le plus dynamique.
C

MN va investir 70 millions dans un site de 35 000 mètres carrés à Cherbourg. Quant aux chantiers navals de Lanester (Morbihan), ils sont repris par Kership, coentreprise entre DCNS et Piriou.

Source : Challenges, n°494, octobre 2016, signé V.L

Lire la suite...

Lu pour vous numéro 129

Détails

" Lu pour vous " n° 129*

 

Sommaire

  • Actualités sciences : un robot habile et silencieux
  • L'événement : le premier satellite quantique est lancé. Satellite Mozi : objectif : établir des communications totalement inviolables sur des grandes distances
  • Essai - mission Mars : l’atterrisseur européen a entamé da descente vers la planète rouge
  • Actualités biologie : toute la lumière sur les mouvements du tournesol
  • Nettoyer et sécuriser l'espace : débarrasser la banlieue

Actualités sciences : un robot habile et silencieux

lpv1291SpotMini sait gravir des escaliers, se relever et remplir un lave-vaisselle.

Voici SpotMini, le dernier robot Quadrupède à la démarche incroyablement fluide produit par les laboratoires de robotique américains Boston Dynamics (propriété du groupe Alphabet, la maison mère de Google).

La machine est capable de se baisser pour passer sous une table, sait gravir un escalier et se relever en cas de chute. Sur son dos, un emplacement permet de fixer un bras articulé pourvu d'une pince.

Dans une vidéo de démonstration, il saisit un verre pour le placer, sans le briser, dans un lave-vaisselle. Ce petit robot de la taille d'in labrador pèserait une trentaine de kilos, et serait capable de fonctionner durant une heure et demie sur ses batteries. Contrairement à ses prédécesseurs de plus grande taille, qui étaient pourvus de mécanismes hydrauliques, SpotMini n'est, lui, équipé que de moteurs électriques. « C'est l'un des robots les plus silencieux que nous ayons conçus », affirme ses concepteurs. L'enjeu est important : c'est à cause du bruit des machines que l'armée américaine a refusé, en janvier 2016, d'équiper ses fantassins de mules robotiques développées par Boston Dynamics.

Source : CHALLENGES, n°492 du 6 octobre 2016 (non signé)

Lire la suite...

lu pour vous numéro 128

Détails

" Lu pour vous " n° 128*

Sommaire :

  • Actualités high-tech : les voitures autonomes arrivent en ville
  • Actualités high-tech : l'héritage de Solar Impulse
  • Actualités high-tech : le drone biotechnologique
  • Etablir une colonie sur Mars
  • Santé - Oncologie : l'espoir d'un vaccin universel contre le cancer renaît

Actualités High-tech : les voitures autonomes arrivent en ville.

lpv1281Des taxis et des navettes automatiques sont entrés en service ... avec chauffeurs de secours.

Transports. Les jours des modèles présentés au Mondial de l'automobile sont peut-être comptés, car depuis cet été, les voitures autonomes commencent à rouler en ville un peu partout dans le monde.

Fin août, la start-up américaine Tonomy a lancé le premier service au monde de taxis sans pilote à Singapour avec six véhicules en circulation. Pour l'heure, un ingénieur de la start-up est tout de même au volant pour reprendre le contrôle en cas de problème. Quelques jours plus tard Uber a lancé les essais d'un service comparable à Pittsburg (Etats-Unis), avec une douzaine de voitures autonomes et également un chauffeur de secours. En septembre, c'était le tour de navettes électriques autonomes conçues par deux sociétés françaises : Easy Mile à Dubai et Navya à Lyon. Ce type d'expériences peut en effet être mené en France grâce à un décret qui autorise la circulation de ces véhicules.

Source : Science et Avenir n° 836, octobre 2016, signé A.D.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 127

Détails

" Lu pour vous " n° 127*

Sommaire

  • Science & Culture : comment le corps produit-il la chaleur ?
  • Science & Culture : quel est le bruit maximal possible ?
  • La grande aventure du futur. Sortir du système solaire - objectif Alpha du Centaure
  • Science & futur : bientôt les taxis voleront au-dessus de l'eau
  • Sciences & techniques : bio-informatique, le premier ordinateur à base...de muscle de lapin

Science & Culture : comment le corps produit-il la chaleur ?

lpv1271Le corps humain produit la chaleur en brûlant les sucres et les graisses provenant de l'alimentation avec l'oxygène apporté par le sang. « Cette oxydation a lieu au niveau de petites structures nichées dans nos cellules ; les mitochondries, souvent appelées « usines énergétiques de la cellule », détaille le médecin suisse Bengt Kayser, à l'Institut des sciences du sport de l'université de Lausanne.
Près de 25% de l'énergie libérée lors de ce processus l'est sous forme de molécules énergétiques dites « Adnosine triphosphate » (ATP), qui servent au maintien et au fonctionnement de nos cellules, les 75% restants, donc la grande majorité, sont dissipés sous forme de chaleur ».

Maintenir les 37°C nécessaires.

A l'intérieur de la « graisse brune », un type de tissu adipeux localisé au niveau de la nuque, des cuisses et la cavité abdominale, « les mitochondries ne conduisent même quasiment que de la chaleur, et pas d'ATP à cause d'une protéine empêchant la fabrication de ces molécules », précise l'expert.

Ce qui explique pourquoi cette graisse brune est plus abondante chez les personnes à plus grand risque d'hypothermie (nouveaux nés, habitants des régions froides.....).

Réalisée même quand nous dormons, la fabrication de chaleur par notre organisme permet de maintenir notre température corporelle à 37°C en moyenne. Une température nécessaire pour que toutes nos réactions biochimiques se réalisent de manière optimale.

Source : Science et Vie, n° 1 188, septembre 2016, signé K.B.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 126

Détails

" Lu pour vous " n° 126*

Sommaire :

  • High Tech - optique : Les prouesses des nouveaux microscopes. Une nouvelle génération d'instruments d'optique permet de voir en détail et en 30 les plus infimes structures d'une cellule.
  • Santé - neurologie : Soigner par stimulation électrique.
  • Santé : Un espoir sur le front des antibiotiques. Pour lutter contre la résistance à ces médicaments, problème de santé publique à l'échelle mondiale, des équipes proposent des stratégies innovantes et prometteuses.
  • Le corps comme vous ne l’avez jamais vu- le génie du corps humain en images.Les rythmes : cœur, cheveux, os, cellules... chaque organe suit son propre temps. Et c'est une horloge interne logée dans le cerveau qui synchronise toutes ces activités.

High-tech ;-optique : les prouesses des nouveaux microscopes. Une nouvelle génération d'instruments d'optiques permet de voir en détail et en 30 les plus infimes structures d'une cellule.

lpv1261La microscopie a franchi un nouveau pas vers la visualisation de l'infiniment petit : une équipe américaine de l'université Yale a obtenu les premières images en trois dimensions de cellules entières à la résolution de 10 nanomètres (nm) sur des échantillons épais de 10 micromètres.

Auparavant, l'épaisseur des échantillons scannés se limitait à 100 nm, soit 10 fois moins, ce qui ne permettait pas d'exploiter l'intérieur des cellules, mais seulement leur surface.

Un autre exploit, publié presque simultanément, est l'œuvre des chercheurs de l'Institut Max Planck de chimie biophysique, à Gëttingen (Allemagne). Ils ont utilisé un instrument ultrasensible sur des tissus vivants de drosophiles (des mouches) pour observer l'armature des cellules. Celle-ci est formée de réseaux de « micro tubes », des structures rigides composées d'une protéine, la tubuline. Pour les visualiser, les chercheurs ont introduit chez la drosophile un gène qui les a rendues fluorescentes. La précision obtenue dévoile la complexité du cytosquelette des cellules suivant les tissus de l'insecte ; musculaires, intestinaux, salivaires ou ovariens. Ces fascinantes images sont les derniers exemples en date des prouesses réalisées par une nouvelle génération de microscopes optiques appelés nano scopes.

Nano pour 10-9, soit un milliardième de mètres. Apparus il y a une dizaine d'années, ils permettent de voir les plus petites structurent assurant le fonctionnement de la cellule. Ces appareils ont fait voler en éclats la barrière de résolution de 200 nm de tous les microscopes, que l'on pensait immuable depuis plus d'un siècle. Une limite liée à la nature ondulatoire de la lumière, qui interdisait l'accès aux structures mêmes les plus fines des cellules. Avec les nano scopes, qui multiplient la résolution par 10 ; celles-ci sont devenues visibles dans leur état naturel. Elles peuvent même être explorées dans des cellules vivantes.
La mise au point de ces instruments a valu en 2014 le prix Nobel de chimie à ces principaux inventeurs, l'allemand Stefan w. Hell et les américains Eric Betziger et William E. Moerner.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 125

Détails

" Lu pour vous " n° 125*

Sommaire

  • Dossier- le vin : ce qu’en dit la science
  • Science & Découvertes : le moteur électrique, les bactéries l’ont inventé il y a 2 milliards d »années
  • Science & futur : l’avion du futur a fait son premier vol
  • Actualités High-tech : Le vélo du futur est arrivé
  • Actualités High-tech : un détecteur portable traque les pesticides

Dossier – le vin : ce qu’en dit la science.

lpv1251Tout est une question de chimie : la transformation du raisin en vin résulte d’une multitude de mécanismes et de procédés techniques que la science aide à maîtriser.

Les précieux grains de raisins seront récoltés entre la fin d’août et la mi-octobre en vue de la fabrication du vin.

La science a mis en lumière la grande majorité des mécanismes à l’œuvre dans la vinification, offrant aux viticulteurs une meilleure maîtrise technique. Les réactions chimiques qui qui produisent les divers vins aux parfums subtils et aux arômes variées ne sont pas connues en détail. Retraçons le déroulement de de cette transformation, du raisin à la bouteille.

Après la vendange, le raisin est éraflé. Autrement dit, on sépare les grains du squelette de la grappe. Toutes les composantes du grain de raisin sont essentielles. La pulpe contient les éléments majoritaires, l’eau (environ 75%) et le sucre (environ 25%=, surtout sous forme de glucose et de fructose. Des acides sont aussi présents, acide tartrique et acide malique en tête. L’équilibre entre le sucre, qui sera transformé en alcool, et l’acidité, fournit au vigneron l’indice que le raisin est arrivé à maturité. Mais la pellicule et les pépins jouent aussi un rôle crucial. C’est là que se concentrent les polyphénols, des molécules qui conditionneront la couleur et la structure en bouche du vin.

La peau des raisins noirs contient des polyphénols de la famille des anthocyanes, responsables de la couleur rouge

Les pépins contiennent également des tanins, des polyphénols qui n’expliquent pas par exemple le caractère astringent du vin.

Autre ingrédient important : les arômes variétaux pour les molécules directement présentes dans le grain du raisin.

Le fruit en lui-même contient peu de composants odorants, mais beaucoup de précurseurs d’arômes, qui libéreront des arômes parfumés dans les étapes ultérieures de la vinification.

Toutes les familles de constituants, anthocyanes, tannins, arômes, recouvrent une grande diversité de grains... Toutes ne sont pas encore identifiées. Bien qu’elles ne constituent qu’environ 1% du raisin, elles fondent la composition fine.

Cependant, tout n’est pas joué d’avance. Par exemple, la teneur en anthocyane d’un raisin ne donne pas d’indices sur la couleur exacte du vin final. Pendant l’élaboration du vin, ces constituants vont subir de nombreuses transformations complexes qui feront la particularité de chaque vin, y compris au sein de la même appellation. Le cœur du processus de vinification se déroule en cave.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 124

Détails

" Lu pour vous " n° 124*

Sommaire :

  • Science & futur : élever des montagnes pour faire tomber de la pluie
  • Science & futur : Les véhicules électriques s'alimenteront au solaire
  • Science & futur : les ballons stratosphériques vont jouer les satellites
  • Actus technique - optique : une lentille d'objectif ultra-fine qui agrandit les images 170 fois
  • Science & techniques - informatique : L'ordinateur du nouveau monde ?
  • Sciences & découvertes - transport : un train à 1200 km/h

Science & futur : élever des montagnes pour faire tomber de la pluie est à l'étude.

Comment augmenter les précipitations dans une région ou l'eau est rare ? En construisant une montagne artificielle qui force les nuages à se former au-dessus d’elle. Pour maximiser la formation de ces nuages, les scientifiques du centre américain de recherche en science de l'atmosphère, chargés de l'étude de faisabilité, devront déterminer la localisation géographique de cette montagne, sa hauteur et l'inclinaison de sa pointe. Il sera alors possible d'ensemencer les nuages à
L’aide d'aérosols favorisant la condensation de la vapeur d'eau. En 2015, 486 ensemencements ont ainsi déjà été pratiqués dans les Emirats, sur les rares nuages capables de faire pleuvoir.

Source : Science et Vie, n° 1187, août 2016, signé S.F.

Science & futur : Les véhicules électriques s'alimenteront au solaire.

lpv1241Deux parasols de 150 m2 de surface, capables de de recharger chacun jusqu'à huit véhicules électriques grâce à l'énergie produite par leurs 554 panneaux solaires (29 kW/c de puissance photovoltaïque) ...

Voici ce que vient d'inaugurer en Corse la spécialiste en énergie solaire Drive Eco. En pratique, il s’agit de deux mini-centrales électriques qui génèrent leur propre énergie solaire (70kw de puissance maximum de charge), la stockent grâce à une batterie (8kw/h de stockage), en rechargeant (en filaire) tous les véhicules électriques et hybrides du matché. Voitures, vélos ou scooters pouvant ainsi être rechargés par beau ou mauvais temps, de jour comme de nuit, y compris en cas de panne d'électricité. Les Le surplus éventuel peut même être injecté dans le réseau électrique, grâce à un système intelligent (smart grid).

Source : Science et Vie, N° 1187, août 2016, signé E.T ;-A.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 123

Détails

" Lu pour vous " n° 123*

Sommaire :

  • Actualité internationale : le Panama approfondit sa voie maritime
  • Actualité science : habiter une soucoupe flottante
  • Actualité nature : lame de fond pour l'énergie hydrolienne
  • Sciences fondamentales : à la rencontre de la géante Jupiter
  • Microbiologie : Un eucaryote à nul autre pareil
  • Actu techno - énergie : une batterie bat des records de longévité
  • Science & techniques - agriculture : ferme urbaine

Actualité internationale : le Panama approfondit sa voie maritime.

lpv1231Après sept ans de travaux et 5 milliards de dollars d’investissement, la petite république inaugure les nouvelles écluses de son canal centenaire.
Plus de 5 milliards de dollars ont été dépensés, totalement autofinancés, pour un chantier qui a duré sept ans et a occupé 40 000 travailleurs.

Capacité 3,5 fois supérieure.

Nous avons remué 150 millions de mètres cubes de terre, soit presque autant que pour percer le canal il y a plus de 100 ans.
Quand le navire chinois Andromikos, rebaptisé pour l'occasion Cosco Shipping Panama, franchira le 26 juin, vers 15 heures, les dernières écluses de Cocoli, tout devrait fonctionner parfaitement, lpv1232après les tests du début du mois. Les écluses, grandes comme trois terrains de football, vont désormais pouvoir accueillir des porte-conteneurs de 14 000 « boîtes », comme on dit dans le jargon, soit 3,5 fois plus que les vieilles écluses centenaires.

Etape stratégique.

Cet élargissement est une étape importante pour le commerce mondial .Le canal représente 6% du PIB du Panama et un quart de ses recettes fiscales, précise le ministre de !'Economie et des Finances, Dulcidio De Ka Guardia.

Source : Challenges, n° 483, 23 juin 2016, signé Vincent Beaufils.

Lire la suite...

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011