AGENDA  

Aucun évènement à venir!
   

IESF  

iesf

   

lu pour vous numéro 23

Détails

"Lu pour vous" numéro 23*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Economie : nucléaire, fierté et gage d'indépendance
  • Technologie : des panneaux solaires en trois dimensions
  • Images de sciences : l'album de l'année
  • Médecine : pharmacie sous la peau
  • Sciences et technologies : des satellites pour produire de l'électricité

 

Economie : nucléaire, fierté et gage d'indépendance

Depuis la création du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) en 1945, les investissements réalisés se montent à :

  • 96 milliards d'euros pour les 58 réacteurs (moyenne d'âge 26 ans)
  • 6 milliards pour le parc de 1ère génération
  • 19 milliards pour le cycle de combustibles
  • 58 milliards pour la recherche
  • 12 milliards pour Superphénix

Soit un total de 188 milliards d'euros

Dépenses annuelles de maintenance :

  • Avant Fukushima : 1,7 milliards d'euros
  • Après Fukushima : 3,7 milliards d'euros

Estimation des charges et provisions pour la filière :

49,2 milliards pour le démantèlement, 23,9 milliards pour la gestion du combustible usé et 38,2 milliards pour la gestion des déchets ultimes, soit un total de 111,3 milliards d'euros (Source : Rapport de la Cour des Comptes, 31 janvier 2012)

Commission Besson : quatre scénarios pour 2050

1. Prolongement de l'activité des centrales jusqu'à 60 ans :

Avantage : rentabiliser les investissements historiques, inconvénient : déployer rapidement un programme industriel très ambitieux

En prenant le risque d'une fermeture prématurée d'une centrale sur décision de l'Autorité de sûreté nucléaire. Coût : 55 milliards (sur les futures 15 années)

2. Sortie totale du nucléaire :

Avantage : suppression des risques liés au nucléaire, inconvénient : hausse importante du prix de l'électricité, hausse des émissions de CO2. Coût : 100 milliards d'euros.

3. Réduction progressive de la part du nucléaire (une centrale sur deux remplacée) :

Avantage : accélération du développement des énergies renouvelables

Inconvénient : perte de valeur liée à l'arrêt anticipé de la moitié du parc : coût : non chiffré.

4 . Remplacement du parc existant par des réacteurs EPR

Avantage : hausse limitée des prix de l'électricité, sécurité renforcée ; inconvénient : construction de deux EPR par an pendant dix ans ...une gageure . Coût 120 milliards d'euros sur dix ans.

Source : rapport dévoilé le 13 février 2012 par le Ministre de l'Industrie et de l'Energie Eric Besson ;

Rapport censé, à la veille de choix énergétiques cruciaux, d'éclairer l'exécutif et une opinion publique sérieusement ébranlée par Fukushima.

SOURCE : L'EXPRESS, n° 3163, semaine du 15 au 21 février 2012

Lire la suite...

lu pour vous numéro 22

Détails

"Lu pour vous" numéro 22*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Stratégie : Total retrouve le goût du risque
  • Transport : un 4x4 intelligent pour mieux conduire en ville
  • Fonds marins : localisation et exploitation des minéraux stratégiques sous-marins
  • Polymères : les polymères préparent l’après-pétrole
  • Microbiologie : un gaz aide les bactéries à résister aux antibiotiques

Stratégie : TOTAL retrouve le goût du risque.

Décidé à rattraper CHEVRON, BP et SHELL, le groupe repasse à l’offensive.

A 150 kilomètres au large de l’Angola, Pazflor, la plus importante unité de pétrole flottante du monde a été inaugurée le 22 novembre 2011. Cette plate-forme a coûté 9 milliards de dollars et produira bientôt 220 000 barils par jour.

TOTAL investit dans dix nouveaux pays et régions : Danemark, Pologne, Malaisie, Guyane, Côte d’Ivoire, Egypte, Ouganda, Tanzanie, Kenya. Dans le même temps, il augmente de plus de 20 % son budget exploration à 2,1 milliards de dollars en 2011 .Et booste ses acquisitions : 17 milliards de dollars en 2010, dix fois plus que sur la période 2007 – 2009.Et ça continu en 2012.

Début janvier, TOTAL s’est offert pour 2,3 milliards de dollars un ticket de 25 % dans le gaz de schiste aux Etats-Unis .Puis annoncé un investissement de 34 milliards dans un gisement de gaz et de pétrole au large de l’Australie.

TOTAL acquiert également du minier et des permis d’explorer sur des nouveaux thématiques, comme l’offshore ultra profond, les grands deltas du golfe de Guinée ou l’antésalifaire, le pétrole qui se trouve à 2000 mètres de profondeur, sous la croûte de sel.

TOTAL n’inspire pas la pitié, il va annoncer le 10 février 2012 des profits stratosphériques.

Source : Challenges, N° 286, du 2 au 8 février 2012, signé Nicolas STIEL

Lire la suite...

lu pour vous numéro 21

Détails

"Lu pour vous" numéro 21*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur. 

Sommaire :

  • Stratégie : l’Oréal veut doubler sa clientèle d’ici 2020 d’un milliard de consommateurs en plus.
  • Science : stockage de l’énergie solaire, la Corse innove
  • Science : plus de planètes que d’étoiles dans le ciel.
  • Chasseurs de planètes : des chercheurs trouvent deux planètes de la dimension de la  Terre.
  • Technique génétique : des bactéries transforment des algues en biocarburant.

Stratégie : l’Oréal veut doubler sa clientèle d’ici à 2020 :un milliard de consommateurs de plus.

Sur le milliard de consommateurs additionnels attendus, 80 % proviendront des marchés émergents. La Chine doit contribuer  à elle seule à la conquête de 350 millions de clients. Même si l’Oréal est toujours devancé par Procter § Gamble, l’écart resserre. En un an, la part de marché du français passe de 11,4 % à 13 % en 2010, quand celle de l’américain a chuté de 19 à 17 % et son chiffre d’affaires dépasse le milliard d’euros.

La clé ? Une meilleure compréhension des attentes de nos clients. Dernier succès, l’adaptation de la BB Cream de Maybelline, rendue moins épaisse et plus hydratante ; un tube écoulé toutes les trois secondes.

Les enjeux : il reste à conquérir de nouveaux adeptes dans les 600 villes secondaires du pays.

Ensuite, le marché des soins de la peau et du maquillage devrait doubler de 100 à 200 millions de consommateurs réguliers, au cours des trois prochaines années .Pour séduire les chinois, très méfiants, l’Oréal dispose d’un outil imparable : sa propre marque chinoise, Yue-Sai, appelée à s’exporter  
Colossal Kajal, la dernière trouvaille de la filiale indienne : un crayon qui répond à une habitude des femmes indiennes, et même des hommes, qui se maquillent les yeux .Un produit ultra classique, mais qui résiste au moins six heures à l’humidité indienne (68 % en moyenne). Ce détail lui a permis de faire la différence avec ses concurrents et de se placer en tête des ventes l’année dernière.

L’entreprise a déjà revu ses formats en proposant des dosettes de shampooing de 150 millilitres à usage unique au prix de 1,5 roupie, correspondant  plus au niveau de vie local. Malgré ces efforts, le groupe dépasse tout juste les 200 millions d’euros en 2011, avec moins  de 10 % de part de marché, derrière Unilever, qui en rafle 31 %. ; mais sa croissance annuelle est de 30 %.

En 2010, la filiale américaine est repartie à la hausse avec une croissance de 6 %. D’ici 2020 l’Oréal veut doubler sa part de marché à 26%, en convainquant 70 millions de nouveaux consommateurs. 

Mais tous les pays sont mis à contribution : un allemand sur trois ne consomme pas encore de produits l’Oréal. En Afrique, le groupe a ouvert deux filiales : au Nigéria et au Kenya.

Source : Challenges n° 283, du 12 au 18 janvier 2012, signé Thiebault  DROMARD

Lire la suite...

lu pour vous numero 20

Détails

"Lu pour vous" numéro 20*

 *Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Initiatives phares des technologies émergentes.
  • Médecine : le défi du coeur artificiel.
  • Santé : un nouvel antidote contre les irradiations mortelles.
  • Aviation : l'avion furtif de la deuxième guerre mondial
  • Navigation cosmique : avion gigantesque comme rampe d'envol pour sattelites et vaisseaux cosmiques.

Initiatives phares des technologies émergentes

Lancée en 2009, cette initiative a pour but de promouvoir et d'encourager le développement, en Europe, de technologies très innovantes.

Au printemps 2011, une commission pluridisciplinaire d'experts indépendants a choisi six projets parmi vingt trois. On peut par exemple trouver la mise au point du »Futur IT « , décrit comme un simulateur à l'échelle planétaire qui serait capable de modéliser le fonctionnement des sociétés et de prédire les crises ; le projet « Human Brain Project« , vaste projet de modélisation informatique du cerveau humain dont l'objectif ultime serait la connaissance globale de son fonctionnement ; ou encore le projet «Graphen«, initiative qui vise à explorer le potentiel novateur du graphène, nouveau matériau carboné, dans le domaine des technologies de l'information et de la communication d'aujourd'hui et de demain.

Après évaluation des dossiers et audition des représentants, la Commission Européenne retiendra deux projets. A la clé pour chacun : 1 milliard d'euros, réparti sur dix ans.

Source : La Recherche, n° 459,janvier 2012,actualités, non signé

Lire la suite...

lu pour vous numéro 19

Détails

 "Lu pour vous" numéro 19*

 *Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

 

  • Santé : métastases, une protéine ouvre des perspectives.
  • Electronique : une puce en molybdène.
  • Physico –chimie : du plastique dur refaçonnable à volonté.
  • Nature : une stalactite de glace en Antarctique.
  • Planétologie : Mars.
  • Nanotechnologie : des bactéries conductrices de courant.

 

 

Santé : métastases, une protéine ouvre des perspectives

Les métastases sont la principale cause de décès par cancer. Ces tumeurs secondaires, qui peuvent apparaître dans tous les organes, naissent après migration de certaines cellules du cancer principal. Les mécanismes à l’origine de leur prolifération ne sont étudiées que depuis une dizaine d’années.

Dans un article publié dans «Nature«, les chercheurs suisses de l’Institut suisse de recherche expérimentale sur le cancer «Isrec« et de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne ( EPFL ) ont identifié une protéine jouant un rôle – clé dans le processus : la périostine.

Sa présence dans les tissus agit comme un panneau indiquant aux cellules cancéreuses qu’elles peuvent s’installer ici pour se reproduire. C’est une avancée importante dans la compréhension de la colonisation métastatique des tissus sains.

Les cellules cancéreuses sont nombreuses à migrer dans le sang, mais très peu parviennent à s’implanter. Un des éléments d’explication au manque d’efficacité du processus était que seul un type de cellules appelées «cellules souches cancéreuses« pouvait amorcer la naissance de métastases. Désormais, les chercheurs savent aussi pourquoi ces cellules, assez rares, ne s’implantent pas systématiquement.

Les traitements préventifs peinent à atteindre le stade clinique :

Les chercheurs suisses ont travaillé sur des souris atteintes d’une forme virulente de cancer du sain humain qui métastase rapidement vers les poumons. Ils ont démontré que le nombre de métastases est grandement limité – jusqu’à cinq fois moins de tumeurs – chez les souris présentant une déficience en périostine. Les chercheurs ont par ailleurs trouvé un anticorps qui s’attache à la protéine et en inhibe les propriétés. En présence de cette molécule, les cellules souches cancéreuses ne parviennent plus à se reproduire efficacement en vitro.

L’équipe suisse cherche maintenant à prouver l’efficacité et l’absence de toxicité de la molécule chez l’animal.

Mettre au point une thérapie préventive capable d’empêcher l’apparition de métastases chez l’homme serait une avancée fondamentale. Si la théorie est belle, la mise en pratique pourrait s’avérer compliquée. Les essais cliniques de médicaments sur le cancer se font presque toujours sur des personnes en phase terminale chez qui rien d’autre n’a fonctionné. Or, pour démontrer l’efficacité d’un traitement préventif, il faut des patients à un stade précoce de la maladie.

Source : Le Figaro on line, du 09/12/2011, signé Tristan VEY

Lire la suite...

lu pour vous numéro 18

Détails

Lu pour vous numéro 18*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

 

Technologie : Innovations , inventions et idées farfelues de l'année 2011

Cellules souches à partir de graisse.

La graisse ( surcharge adipeuse ) des cuisses..etc séparée par liposuccion, pourrait être transformée en cellules cardiaques pour compenser celles détruites après un infarctus.

La graisse contient des cellules souches ; des chercheurs ont développé une methode d'extraction de celles-ci d'un échantillon obtenu par liposuccion et de les transformer en cellules cardiaques. Des tests sur des malades sont en cours.

Comme ces cellules proviennent de la propre graisse du patient, il y a bon espoir qu'il n'y aura pas de rejet des cellules greffées.

Lire la suite...

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011