lu pour vous numéro 28

Détails

"Lu pour vous" numéro 28*

 

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

 

Sommaire :

  • CELLULES SOUCHES : une cure de jeunesse cellulaire
  • MEDECINE : un spray à l’insuline pour retrouver la mémoire
  • TECHNOLOGIE : des plantes électriques
  • BATTERIES LITHIUM ION : le sodium pour remplacer le lithium dans les batteries
  • AVIATION : le supersonique sans le bang
  • TRANSPORTS DU FUTUR : le bus à « écartement / des « rechargeurs » de batteries noyés dans le revêtement des routes

CELLULES SOUCHES : une cure de jeunesse cellulaire

Rajeunir des cellules prélevées chez des personnes âgées pour les transformer en cellules souches.

Jean-Marc LEMAITRE, responsable de l’équipe de recherche « Plasticité du génome et vieillissement cellulaire» à l’Institut de génomique fonctionnelle de Montpellier, explique sa découverte.

Les cellules vieillissent, tout comme les organismes qu’elles composent. Elles finissent par entrer en sénescence. Elles cessent de se multiplier, l’organisation de leur génome est modifiée et le fonctionnement des gènes qui se trouvent dans leur noyau est altéré. Nous avons voulu savoir si ce phénomène était réversible. En d’autres mots, peut-on rajeunir des cellules sénescentes ?

Nous avons travaillé à partir de cellules prélevées chez des personnes centenaires. Nous avons cultivé ces cellules en laboratoire suffisamment longtemps pour qu’elles deviennent sénescentes. Puis, nous les avons modifiées génétiquement, en intégrant six gènes qui permettent d’inverser leur évolution et de les faire revenir à l’état de cellules souches. En procédant ainsi, c’est un peu comme si nous avions remonté le temps en inversant toutes les étapes du développement !

Ces cellules rajeunies ont les mêmes caractéristiques que n’importe qu’elle autre cellule souche. Elles sont capables de s’auto renouveler indéfiniment et de se différencier à nouveau en n’importe qu’elle cellule jeune. C’est comme si tous les signes de vieillissement avaient littéralement été effacés des cellules sénescentes. En quelque sorte, nous leur avons redonné une seconde vie. En prouvant qu’il est possible de rajeunir de telles cellules, nous ouvrons de nouvelles perspectives à la médecine régénérative, même si nous restons pour l’instant dans le domaine de l’expérimentation ;

Source : Gènes & Développent, 1er novembre 2011, paru dans »Recherche&Santé », la revue de la Fondation pour la recherche médicale, n° 130, 2e trimestre 2012

Lire la suite...

lu pour vous numéro 27

Détails

"Lu pour vous" numéro 27*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

Sommaire :

  • ENERGIES RENOUVELABLES : l'éolien offshore est fortement subventionné
  • SCIENCE : l'avenir high-tech de la toile d'araignée
  • SCIENCES ET TECHNOLOGIES : les drones civils envahissent le ciel
  • STRATEGIE : Eurocopter survole les marchés à l'export
  • SCIENCES ET TECHNOLOGIES : une Formule 1 électrique auto rechargeable

ENERGIES RENOUVELABLES : l'éolien offshore est fortement subventionné

Première étape franchie pour les éoliennes en mer ; le 6 avril, le gouvernement a attribué trois parcs au tandem EDF-ALSTOM et un à celui réunissant AREVA et l'espagnol IBERDROLA. GDF SUEZ, pourtant candidat pour quatre lots soumis à l'appel d'offres, n'a rien décroché.

lpv271Après une phase de « levée des risques « ou les industriels peuvent se rétracter, près de 600 moulins à vent seront construits dès 2015, à une dizaine de kilomètres des côtes. L'exploitation débutera deux ans plus tard. Avec le second appel d'offres, lancé dans quelques semaines, 6000 mégawatts de capacité offshore seront installés d'ici à 2020, créant 10 000 emplois. Un investissement de 20 milliards d'euros, comparable au prix de trois EPR, pour une production à peine supérieure à celle de la centrale de Flamanville.

De quoi s'interroger : l'éolien offshore, nouvel eldorado ou nouvelle bulle ?

Les faillites actuelles dans le photovoltaïque incitent à la prudence. Comme le solaire , l'éolien offshore est fortement subventionné. Et le coût de construction des éoliennes offshore – environ 3,5 millions d'euros par mégawatts – est deux fois plus élevé que celui des éoliennes terrestres. Contrairement au solaire, le marché de l'offshore est plafonné en puissance. Autre différence ce sont les industriels qui fixent le tarif de rachat de l'électricité par EDF. Ce sont eux qui prennent le risque.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 26

Détails

"Lu pour vous" numéro 26*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

Sommaire

  • LE CERVEAU NUMERIQUE
  • ASTRONOMIE : une lueur qui éclaire l’âge sombre de l’univers
  • TRANSPORT : la Chine mise sur les voitures à énergies nouvelles
  • ENERGIE : rendement record pour un panneau solaire

LE CERVEAU NUMERIQUE :

C’est un projet mondial aux enjeux scientifiques et financiers majeurs. Conduite par un consortium international de chercheurs, le projet «Blue Brain«, la modélisation du cerveau s’annonce comme la prochaine grande aventure scientifique.

On le compare au premier pas sur la lune ou au décryptage de génome humain.

lpv261Imaginez : faire apparaître sur un écran 3D un cerveau, réplique numérique d’un cerveau humain vivant. Zoomer à l’intérieur et se propulser dans l’enchevêtrement de milliards de cellules nerveuses reliées les unes aux autres par des kilomètres de fibres et des milliards de connexions ; d’un clic de souris, envoyer une impulsion dans une zone donnée et observer le trajet lumineux de l’influx électrique le long des fibres nerveuses, tout en visualisant les échanges chimiques au niveau des synapses. Enfin, chercher le moyen de réparer, toujours virtuellement, les dysfonctionnements et, à partir de là, mettre au point de nouveaux médicaments … Tel est l’outil inouï, futuriste, qui pourrait voir le jour dans vingt ans, selon Henry MARKRAM, directeur du Brain and Mind Institute à l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne et initiateur du projet.

Objectif : reproduire un cortex humain ,avec toutes ses caractéristiques anatomiques , électriques et synaptiques ; simuler et comprendre le cerveau humain – des gènes au comportement -, mais aussi construire de nouveaux calculateurs imitant les réseaux de neurones, accélérer le développement d’outils de diagnostic des maladies cérébrales, ou encore intégrer de nouvelles technologies inspirées du cerveau dans des robots (neurorobotique).

Lire la suite...

lu pour vous numéro 25

Détails

"Lu pour vous" numéro 25*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

  • SANTE : la révolution des médicaments du futur
  • VOLCANOLOGIE : des chercheurs découvrent un nouveau super volcan
  • INVENTIONS : avion nain à vitesse supersonique
  • MOLLUSQUES MARINS : calamar volant
  • CLIMATOLOGIE : Antarctique, la surface du lac Vostok a été atteinte
  • ASTRONAUTIQUE : satellite nettoyeur
  • MATERIAUX : un dispositif pour canaliser la chaleur
  • LE METHANE POUR PRODUIRE DE L'ELECTRICITE
  • ARMEMENT : un rayon de chaleur contre les manifestants

SANTE : La révolution des médicaments du futur

Jean-Paul BEHR, membre de l'académie des sciences fait le point sur la chimie de formulation, qui permettra des avancées majeures en termes de santé.

Le prix Nobel de médecine 2006, décerné à Andrew PIRE et Craig MELLO, a secoué les fondations de la biologie. Leurs travaux ont révélé qu'une grande partie de notre ADN est en fait copiée en de petites molécules ARN (acide ribonucléique) fugaces qui harmonisent toutes les étapes du fonctionnement d'une cellule, depuis l'embryogenèse jusqu'à la mort : l'ARN interférence. Cette découverte majeure, qui ouvre la perspective d'agir sur n'importe quelle voie métabolique soulève d'immenses espoirs pour la recherche biomédicale.

Le premier défi qui se présente aux chimistes consistait à prolonger la survie de cette molécule intrinsèquement instable dans l'organisme afin qu'elle puisse jouer son rôle de médicament. Pour cela, ils ont commencé par « verrouiller » les atomes d'oxygène de l'ARN responsables de sa grande fragilité. Puis ils ont protégé ses extrémités afin de ralentir son excrétion par les reins.

La chimie des petits ARN interférents (SIRNA, en anglais pour small interfering ARN) est aujourd'hui au point.

Ils sont jusqu'à 100 fois plus stables dans l'organisme que leur version naturelle et il est possible d'en synthétiser de grandes quantités. Plusieurs entreprises conduisent des essais cliniques dans des conditions ou le SIRNA reste confiné dans un organe clos. Opko et Quark par exemple ont choisi de s'attaquer à des pathologies oculaires , comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Lire la suite...

lu pour vous numéro 24

Détails

 « Lu pour vous » numéro 24*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

  • Technologie : de l’eau gluante
  • Stratégie : ASTRIUM multiplie les trajectoires, une activité à trois étages
  • La plus grande plate forme flottante du monde
  • Energie : « FLOWER POWER » augmente le courant électriquelpv241
  • Technique : une laque détecte les fissures
  • Comment le Qatar est devenu le premier investisseur mondial
  • Convertir le CO2 en pétrole : technologie de BSF (Bio Fuel System)

Technologie : de l’eau gluante

Des physiciens suédois ont réussi de transformer l’eau en une masse gluante à une température de 130° et une pression de 10 000 Bars.

Dans cette forme, elle pourrait se trouver également sur d’autres corps célestes.

Source : revue Der Spiegel, n°28/2011, info non signée.

STRATEGIE : ASTRIUM multiplie les trajectoires, une activité à trois étages.

Construction de satellites : ASTRIUM figure dans le Top 3 de construction de satellites, aux côtés de l'américain LORALl et le franco-italien THALES ALENIA SPACE.

La gamme va des petits satellites d'observation de quelques centaines de kilogrammes aux satellites de télécommunications de 6 tonnes, en passant par les satellites de renseignement militaire.

Lanceurs et transport spatial :

Maître d'œuvre industriel de la fusée Ariane 5, ASTRIUM est aussi en charge de la construction du module ATV (Automated Transfer Vehicle), chargé du ravitaillement de la station spatiale internationale (ISS).

Un engin cylindrique de 10 mètres de long, qu’Ariane 5 devrait lancer de Kourou le 9 mars 2012. Elle s'arrimera automatiquement à l'ISS à 28 000 kilomètre-heure, avec une précision de 1,7 centimètre, pour ravitailler la station avec plus de 6 tonnes de vivres, de carburant et d'équipements scientifiques. L’engin sera aussi chargé de corriger l'orbite de l'ISS, avant d'en récupérer les déchets et de se consumer dans l'atmosphère à l'issue de ses six mois de mission.

L'ATV est le véhicule spatial le plus sophistiqué jamais conçu en Europe.

Services spatiaux :

La filiale d'EADS part à la conquête des marchés émergents et américains. L’activité service est le principal relais de croissance du groupe, aussi bien dans le secteur commercial que militaire. L’acquisition en 2011 de VIZADA, un des leaders mondiaux des services spatiaux, pour 960 millions de dollars, renforce encore ASTRIUM dans le secteur civil et aux Etats-Unis.

Performances :

22 % de part de marché en 2011 dans les satellites géostationnaires, le cœur du marché des télécommunications.

Fiabilité :

46 succès consécutifs d'Ariane 5 et une plateforme de satellite E3000 parmi les plus performantes du marché.

5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2011, 14,4 milliards d'euros de carnet de commande à la fin 2011,13 satellites construits par ASTRIUM ont été lancés en 2011;18 000 salariés, dont 47 % en France.

Source: Challenges, n° 289, du 23 au 29 février 2012, signé Vincent LAMIGEON

Lire la suite...

lu pour vous numéro 23

Détails

"Lu pour vous" numéro 23*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Economie : nucléaire, fierté et gage d'indépendance
  • Technologie : des panneaux solaires en trois dimensions
  • Images de sciences : l'album de l'année
  • Médecine : pharmacie sous la peau
  • Sciences et technologies : des satellites pour produire de l'électricité

 

Economie : nucléaire, fierté et gage d'indépendance

Depuis la création du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) en 1945, les investissements réalisés se montent à :

  • 96 milliards d'euros pour les 58 réacteurs (moyenne d'âge 26 ans)
  • 6 milliards pour le parc de 1ère génération
  • 19 milliards pour le cycle de combustibles
  • 58 milliards pour la recherche
  • 12 milliards pour Superphénix

Soit un total de 188 milliards d'euros

Dépenses annuelles de maintenance :

  • Avant Fukushima : 1,7 milliards d'euros
  • Après Fukushima : 3,7 milliards d'euros

Estimation des charges et provisions pour la filière :

49,2 milliards pour le démantèlement, 23,9 milliards pour la gestion du combustible usé et 38,2 milliards pour la gestion des déchets ultimes, soit un total de 111,3 milliards d'euros (Source : Rapport de la Cour des Comptes, 31 janvier 2012)

Commission Besson : quatre scénarios pour 2050

1. Prolongement de l'activité des centrales jusqu'à 60 ans :

Avantage : rentabiliser les investissements historiques, inconvénient : déployer rapidement un programme industriel très ambitieux

En prenant le risque d'une fermeture prématurée d'une centrale sur décision de l'Autorité de sûreté nucléaire. Coût : 55 milliards (sur les futures 15 années)

2. Sortie totale du nucléaire :

Avantage : suppression des risques liés au nucléaire, inconvénient : hausse importante du prix de l'électricité, hausse des émissions de CO2. Coût : 100 milliards d'euros.

3. Réduction progressive de la part du nucléaire (une centrale sur deux remplacée) :

Avantage : accélération du développement des énergies renouvelables

Inconvénient : perte de valeur liée à l'arrêt anticipé de la moitié du parc : coût : non chiffré.

4 . Remplacement du parc existant par des réacteurs EPR

Avantage : hausse limitée des prix de l'électricité, sécurité renforcée ; inconvénient : construction de deux EPR par an pendant dix ans ...une gageure . Coût 120 milliards d'euros sur dix ans.

Source : rapport dévoilé le 13 février 2012 par le Ministre de l'Industrie et de l'Energie Eric Besson ;

Rapport censé, à la veille de choix énergétiques cruciaux, d'éclairer l'exécutif et une opinion publique sérieusement ébranlée par Fukushima.

SOURCE : L'EXPRESS, n° 3163, semaine du 15 au 21 février 2012

Lire la suite...

lu pour vous numéro 22

Détails

"Lu pour vous" numéro 22*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Stratégie : Total retrouve le goût du risque
  • Transport : un 4x4 intelligent pour mieux conduire en ville
  • Fonds marins : localisation et exploitation des minéraux stratégiques sous-marins
  • Polymères : les polymères préparent l’après-pétrole
  • Microbiologie : un gaz aide les bactéries à résister aux antibiotiques

Stratégie : TOTAL retrouve le goût du risque.

Décidé à rattraper CHEVRON, BP et SHELL, le groupe repasse à l’offensive.

A 150 kilomètres au large de l’Angola, Pazflor, la plus importante unité de pétrole flottante du monde a été inaugurée le 22 novembre 2011. Cette plate-forme a coûté 9 milliards de dollars et produira bientôt 220 000 barils par jour.

TOTAL investit dans dix nouveaux pays et régions : Danemark, Pologne, Malaisie, Guyane, Côte d’Ivoire, Egypte, Ouganda, Tanzanie, Kenya. Dans le même temps, il augmente de plus de 20 % son budget exploration à 2,1 milliards de dollars en 2011 .Et booste ses acquisitions : 17 milliards de dollars en 2010, dix fois plus que sur la période 2007 – 2009.Et ça continu en 2012.

Début janvier, TOTAL s’est offert pour 2,3 milliards de dollars un ticket de 25 % dans le gaz de schiste aux Etats-Unis .Puis annoncé un investissement de 34 milliards dans un gisement de gaz et de pétrole au large de l’Australie.

TOTAL acquiert également du minier et des permis d’explorer sur des nouveaux thématiques, comme l’offshore ultra profond, les grands deltas du golfe de Guinée ou l’antésalifaire, le pétrole qui se trouve à 2000 mètres de profondeur, sous la croûte de sel.

TOTAL n’inspire pas la pitié, il va annoncer le 10 février 2012 des profits stratosphériques.

Source : Challenges, N° 286, du 2 au 8 février 2012, signé Nicolas STIEL

Lire la suite...

lu pour vous numéro 21

Détails

"Lu pour vous" numéro 21*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur. 

Sommaire :

  • Stratégie : l’Oréal veut doubler sa clientèle d’ici 2020 d’un milliard de consommateurs en plus.
  • Science : stockage de l’énergie solaire, la Corse innove
  • Science : plus de planètes que d’étoiles dans le ciel.
  • Chasseurs de planètes : des chercheurs trouvent deux planètes de la dimension de la  Terre.
  • Technique génétique : des bactéries transforment des algues en biocarburant.

Stratégie : l’Oréal veut doubler sa clientèle d’ici à 2020 :un milliard de consommateurs de plus.

Sur le milliard de consommateurs additionnels attendus, 80 % proviendront des marchés émergents. La Chine doit contribuer  à elle seule à la conquête de 350 millions de clients. Même si l’Oréal est toujours devancé par Procter § Gamble, l’écart resserre. En un an, la part de marché du français passe de 11,4 % à 13 % en 2010, quand celle de l’américain a chuté de 19 à 17 % et son chiffre d’affaires dépasse le milliard d’euros.

La clé ? Une meilleure compréhension des attentes de nos clients. Dernier succès, l’adaptation de la BB Cream de Maybelline, rendue moins épaisse et plus hydratante ; un tube écoulé toutes les trois secondes.

Les enjeux : il reste à conquérir de nouveaux adeptes dans les 600 villes secondaires du pays.

Ensuite, le marché des soins de la peau et du maquillage devrait doubler de 100 à 200 millions de consommateurs réguliers, au cours des trois prochaines années .Pour séduire les chinois, très méfiants, l’Oréal dispose d’un outil imparable : sa propre marque chinoise, Yue-Sai, appelée à s’exporter  
Colossal Kajal, la dernière trouvaille de la filiale indienne : un crayon qui répond à une habitude des femmes indiennes, et même des hommes, qui se maquillent les yeux .Un produit ultra classique, mais qui résiste au moins six heures à l’humidité indienne (68 % en moyenne). Ce détail lui a permis de faire la différence avec ses concurrents et de se placer en tête des ventes l’année dernière.

L’entreprise a déjà revu ses formats en proposant des dosettes de shampooing de 150 millilitres à usage unique au prix de 1,5 roupie, correspondant  plus au niveau de vie local. Malgré ces efforts, le groupe dépasse tout juste les 200 millions d’euros en 2011, avec moins  de 10 % de part de marché, derrière Unilever, qui en rafle 31 %. ; mais sa croissance annuelle est de 30 %.

En 2010, la filiale américaine est repartie à la hausse avec une croissance de 6 %. D’ici 2020 l’Oréal veut doubler sa part de marché à 26%, en convainquant 70 millions de nouveaux consommateurs. 

Mais tous les pays sont mis à contribution : un allemand sur trois ne consomme pas encore de produits l’Oréal. En Afrique, le groupe a ouvert deux filiales : au Nigéria et au Kenya.

Source : Challenges n° 283, du 12 au 18 janvier 2012, signé Thiebault  DROMARD

Lire la suite...

lu pour vous numero 20

Détails

"Lu pour vous" numéro 20*

 *Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Initiatives phares des technologies émergentes.
  • Médecine : le défi du coeur artificiel.
  • Santé : un nouvel antidote contre les irradiations mortelles.
  • Aviation : l'avion furtif de la deuxième guerre mondial
  • Navigation cosmique : avion gigantesque comme rampe d'envol pour sattelites et vaisseaux cosmiques.

Initiatives phares des technologies émergentes

Lancée en 2009, cette initiative a pour but de promouvoir et d'encourager le développement, en Europe, de technologies très innovantes.

Au printemps 2011, une commission pluridisciplinaire d'experts indépendants a choisi six projets parmi vingt trois. On peut par exemple trouver la mise au point du »Futur IT « , décrit comme un simulateur à l'échelle planétaire qui serait capable de modéliser le fonctionnement des sociétés et de prédire les crises ; le projet « Human Brain Project« , vaste projet de modélisation informatique du cerveau humain dont l'objectif ultime serait la connaissance globale de son fonctionnement ; ou encore le projet «Graphen«, initiative qui vise à explorer le potentiel novateur du graphène, nouveau matériau carboné, dans le domaine des technologies de l'information et de la communication d'aujourd'hui et de demain.

Après évaluation des dossiers et audition des représentants, la Commission Européenne retiendra deux projets. A la clé pour chacun : 1 milliard d'euros, réparti sur dix ans.

Source : La Recherche, n° 459,janvier 2012,actualités, non signé

Lire la suite...

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011