lu pour vous numéro 32

Détails

"Lu pour vous" numéro 32*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur

Sommaire :

  • Technologie : l'éolien une énergie d'avenir,
  • Astronomie : naissance d'un géant : les 3000 antennes du SKA, le plus grand télescope du monde, doivent permettre d'assister à l'éclosion des premières étoiles
  • Supercalculateur
  • Energie : l'atome vert

Technologie : l'éolien, une énergie d'avenir.

Pour assurer le déploiement de l'énergie éolienne, les chercheurs se tournent vers des solutions sûres et plus performantes.

La puissance installée dans le monde était de 240 gigawatts(GW) fin 2011, soit dix fois plus qu'en 2001. La Chine est devenue le leader, avec 63 GW, détrônant les Etats-Unis (47 GW). L'Allemagne arrive en troisième position (29 GW), suivie de l'Espagne, de l'Inde (16 GW), de l'Italie (6 GW) et de la France (6 GW).

De grands progrès ont été déjà réalisé en matière de puissance .celle-ci est passée, en moyenne de 0,5 MW en 2000 à 2,1 MW en 2011. Certaines machines de 6 MW existent déjà. Le projet européen UpWind étudie la faisabilité d'éoliennes de près de 20 MW.

La puissance est d'autant plus élevée que la surface balayée par les pales en rotation est grande. Il s'agit aussi d'aller chercher, en s'élevant, des vents plus forts et plus réguliers.

Concevoir de tels « géants « n'est pas aisé : les contraintes exercées sur une éolienne s'intensifient avec sa taille. Légers et résistants, les composites sont devenus incontournables. Les pales sont désormais construites en fibre de verre imprégnée de résines polyester ou époxyde. D'autres composites, encore plus complexes, sont à l'étude pour améliorer les propriétés en fatigue, la résistance et la mise en œuvre.

L'amélioration du rendement constitue une autre préoccupation des constructeurs. L'un des moyens consiste à modifier la géométrie des pales, afin de réduire les efforts mécaniques subis par la structure. Parmi les nouveaux modèles développés, la nouvelle pale Quantum courbée, développée par Siemens aux Etats-Unis, est capable de se déformer pour diminuer les efforts qui se reportent sur la structure.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 31

Détails

"Lu pour vous" numéro 31*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur

Sommaire :

  • Médecine: la vie post mortem
  • Actualité : le bond en avant de la chine en Afrique
  • Architecture : un gratte-ciel érigé en 90 jours
  • Santé –Neurologie : un rat paralysé a réappris à marcher
  • Energie du futur : de l'hydrogène propre à volonté
  • Vacances : sculptures sur paille et foin

Médecine: la vie post mortem

Une nouvelle preuve que la vie est plus forte que la mort. Une équipe de chercheurs de Pasteur est parvenue à cultiver des cellules prélevées sur des cadavres humains jusqu'à dix-sept jours après le décès. Cette prouesse apporte la confirmation que des cellules d'un genre particulier, les cellules souches, sont capables de survivre dans des conditions extrêmes. De quoi renforcer l'intérêt pour la médecine régénérative.

Dans un organisme vivant, toutes les cellules sont issues de cellules souches apparues dés la fécondation et qui se différencient progressivement au cours du développement de l'embryon. Les chercheurs ont appris à les cultiver puis à les programmer pour produire toute sorte de tissus, ouvrant d'immenses perspectives thérapeutiques. Elles sont obtenues soit par prélèvement sur des embryons après une interruption volontaire de grossesse ou au terme d'une procréation assistée qui engendre des embryons surnuméraires, soit par prélèvement sur le patient lui-même ou sur un donneur sain - dans ce cas un risque de rejet existe.

Reste la piste post-mortem explorée par Fabrice CHRETIEN et son équipe de l'Institut Pasteur. Ses résultats, publiés dans la revue Nature Communications, montrent l'extraordinaire capacité de survie des cellules souches de muscle et de moelle osseuse. Des cultures de cellules de muscle prélevées dix-sept jours après la mort d'une femme de 95 ans ont reformé de véritables fibres musculaires.

Chez la souris, des cellules extraites plusieurs jours après le décès, puis cultivées et greffées sur des animaux myopathes, ont permis de stimuler la production d'une protéine défaillante. Notre démarche montre que ces cellules privées d'oxygène survivent longtemps dans le froid, à 4°C, explique F.CHRETIEN. Il s'agit d'une véritable technique de conservation, qui a d'ailleurs été brevetée. A très long terme et à condition que les lois de bioéthique l'autorisent, ces résultats renforcent aussi l'idée qu'on pourra soigner avec des cellules souches issues d'un corps donné à la science.

Source : L'Express, n°3181, semaine du 20 au 26 juin 2012, signé Denis DELBECQ

Lire la suite...

lu pour vous numéro 30

Détails

"Lu pour vous" numéro 30*

 

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur

Sommaire :

  • Economie : algorithmes, ces codes qui nous commandent
  • Stratégie : Kéolis tire la SNCF sur la voie de l’international
  • Environnement : jardinier en tôle
  • Sécurité : « Flame », les premiers secrets de la cyber arme révélés
  • Vol spatial : Rover martien « Curiosity »
  • L’ordinateur le plus rapide du monde

Economie : algorithmes, ces codes qui nous commandent

Finance, transports, divertissements, formation… les programmes informatiques prennent de plus en plus souvent la main sur les humains .Pour gagner du temps …et de l’argent.

Invisibles, elles se répandent partout. Ces lignes de code modifient peu à peu notre monde sans que l’on s’en aperçoive. Les algorithmes influencent déjà les sites consultés sur Internet, les films proposés à la télévision, l’évolution des cours de Bourse ou encore le trafic routier. Dans quelques mois, un bateau partira en expédition pour déployer un câble sous-marin de 4800 kilomètres entre la côte Est américaine et les côtes britanniques, via l’Atlantique Nord. Baptisée « Project Express », l’opération vise à faire gagner 5 millisecondes aux données envoyées entre New-York et Londres lors de l’achat ou la vente d’actions en Bourse.

Bienvenu dans un monde pu chaque 0,001seconde gagnée vaut 57 millions de dollars .En finance, plus qu’ailleurs, le temps c’est de l’argent. Car en investissant 300 millions de dollars pour Project Express, les commanditaires -des sociétés de gestion qui préfèrent rester anonymes- espèrent bien récupérer leur mise en prenant de vitesse leurs concurrents .Aujourd’hui, plus de la moitié des ordres passés sur les marchés financiers américains relèvent du trading dit de haut fréquence : ils sont passés par des programmes plus rapides que n’importe quel être humain.

Mais en réalité personne ne s’appuie uniquement sur des algorithmes. Un contrôle humain est toujours présent

Ces programmes ne se limitent pas aux marchés financiers .Michel FLIESS, chercheur au CNRS, compte placer sous leur autorité les feux de signalisation de l’autoroute A4 (Paris-Strasbourg) sur six bretelles d’accès. Les algorithmes devront déterminer la durée des feux afin de fluidifier le trafic .Un gain de temps et de consommation d’essence pour les automobilistes qui pourrait atteindre 20%.

Les tentatives se multiplient à travers le monde. Les réflexions vont au-delà, jusqu’à la conduite automatique de véhicules. Google a modifié une Toyota Prius pour lui permettre de rouler sans conducteur et vient d’obtenir l’autorisation de l’Etat du Nevada pour la faire circuler sur la voie publique avec une plaque d’immatriculation. Equipée de caméras vidéo, de radars et d’un capteur laser pour percevoir l’état du trafic, l’auto est entièrement contrôlée par un programme informatique.

Le système baptisé « Shape » analyse les sujets les plus recherchés et les plus évoqués sur les réseaux sociaux. Il va jusqu’à recommander aux rédacteurs non seulement le thème, mais aussi le format de l’article, le nombre de paragraphes, le type de mots clefs ou encore les titres. Il peut en proposer jusqu’à 500 pour un seul article. Certes, les journalistes gardent encore la possibilité de retenir ou non les propositions.  

Le système Envideo de recommandation de films équipe l’offre de vidéo à la demande par abonnement de la chaîne cryptée Canal Play Infinity ; il peut orienter le choix de téléspectateur en fonction de son envie du moment - rire, pleurer, rêver, trembler - pas chercher à penser à la place des utilisateurs, mais les aider à faire le tri, à naviguer dans des milliers de contenus.

Le studio américain Relativity Media évalue le succès potentiel d’une œuvre, avant de lancer sa production, en s’appuyant sur l’historique du box-office. Grâce à 65000 informations combinant le nom du réalisateur, les acteurs, le genre, le budget, les recettes, etc.., il estime pouvoir prédire si une production sera rentable.

Source : L’express n° 3179, du 6 au 12 juin 2012, signé Emmanuel PAQUETTE

Lire la suite...

lu pour vous numéro 29

Détails

"Lu pour vous" numéro 29*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

Sommaire :

  • Stratégie : la France fait école à Singapour
  • Navigation : les chantiers STX de Saint-Nazaire lancent le douzième paquebot de l’armateur italo-suisse MSC
  • Automobile : les nouveaux pneus Michelin
  • Energie : éolienne volante
  • Transport : les motos sont de meilleurs électro mobiles que les voitures
  • Tonnellerie : des écrins de chêne ou reposent les grands vins

Stratégie : la France fait école à Singapour

lpv2912Les business schools françaises ont la cote dans Ia cité-Etat.

L'INSEAD, installé il y a douze ans à Singapour, doublera la superficie de ses locaux en juin. Après plusieurs rounds, face à Berkeley et Chicago, c’est encore une française qui a remporté un match en début d'année : l'EDHEC, avec son centre de recherche en finance, l'EDHEC-RISK.Institute. Quelques années plus tôt, l’ESSEC, choisie pour son expertise dans le luxe, célébrait son installation en accueillant le vice-Premier ministre.

Ils sont cinq à avoir réussi : l'INSEAD, l’ESSEC, l’EDHEC, Sorbonne -Universités et Grenoble EM.lpv2913

Dans le Top-10 du Financial Times avec son Master in International Business et son MSC en finance, Grenoble EM a ainsi ouvert un campus partagé avec une école locale.

Les écoles les plus prestigieuses bénéficient même d'un appui financier du gouvernement local, une subvention qui dépend de la marque : entre 80 et 90 % du financement pour les plus prestigieux ; 20 ou 30 % pour les moins cotés. Singapour rapporte près du tiers du chiffre d'affaires de l'INSEAD, soit 50 millions d'euros.

A mi chemin entre le Japon et l’Inde, c’est une sorte d'observatoire, à la charnière des deux mondes. L'influence croissante des marchés et investissements asiatiques exige que soit mené, depuis cette région, une recherche académique tournée vers les besoins de l'industrie financière. Dans les années 1990, près de 70 % des étudiants du MBA étaient européens

.Aujourd'hui, 38 % sont européens, 30% asiatiques, 14% américains et canadiens

Source: Challenges, n° 300, du 10 au 16 mai 2012, signé Fanny WEIERSMULLER

Lire la suite...

lu pour vous numéro 28

Détails

"Lu pour vous" numéro 28*

 

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

 

Sommaire :

  • CELLULES SOUCHES : une cure de jeunesse cellulaire
  • MEDECINE : un spray à l’insuline pour retrouver la mémoire
  • TECHNOLOGIE : des plantes électriques
  • BATTERIES LITHIUM ION : le sodium pour remplacer le lithium dans les batteries
  • AVIATION : le supersonique sans le bang
  • TRANSPORTS DU FUTUR : le bus à « écartement / des « rechargeurs » de batteries noyés dans le revêtement des routes

CELLULES SOUCHES : une cure de jeunesse cellulaire

Rajeunir des cellules prélevées chez des personnes âgées pour les transformer en cellules souches.

Jean-Marc LEMAITRE, responsable de l’équipe de recherche « Plasticité du génome et vieillissement cellulaire» à l’Institut de génomique fonctionnelle de Montpellier, explique sa découverte.

Les cellules vieillissent, tout comme les organismes qu’elles composent. Elles finissent par entrer en sénescence. Elles cessent de se multiplier, l’organisation de leur génome est modifiée et le fonctionnement des gènes qui se trouvent dans leur noyau est altéré. Nous avons voulu savoir si ce phénomène était réversible. En d’autres mots, peut-on rajeunir des cellules sénescentes ?

Nous avons travaillé à partir de cellules prélevées chez des personnes centenaires. Nous avons cultivé ces cellules en laboratoire suffisamment longtemps pour qu’elles deviennent sénescentes. Puis, nous les avons modifiées génétiquement, en intégrant six gènes qui permettent d’inverser leur évolution et de les faire revenir à l’état de cellules souches. En procédant ainsi, c’est un peu comme si nous avions remonté le temps en inversant toutes les étapes du développement !

Ces cellules rajeunies ont les mêmes caractéristiques que n’importe qu’elle autre cellule souche. Elles sont capables de s’auto renouveler indéfiniment et de se différencier à nouveau en n’importe qu’elle cellule jeune. C’est comme si tous les signes de vieillissement avaient littéralement été effacés des cellules sénescentes. En quelque sorte, nous leur avons redonné une seconde vie. En prouvant qu’il est possible de rajeunir de telles cellules, nous ouvrons de nouvelles perspectives à la médecine régénérative, même si nous restons pour l’instant dans le domaine de l’expérimentation ;

Source : Gènes & Développent, 1er novembre 2011, paru dans »Recherche&Santé », la revue de la Fondation pour la recherche médicale, n° 130, 2e trimestre 2012

Lire la suite...

lu pour vous numéro 27

Détails

"Lu pour vous" numéro 27*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

Sommaire :

  • ENERGIES RENOUVELABLES : l'éolien offshore est fortement subventionné
  • SCIENCE : l'avenir high-tech de la toile d'araignée
  • SCIENCES ET TECHNOLOGIES : les drones civils envahissent le ciel
  • STRATEGIE : Eurocopter survole les marchés à l'export
  • SCIENCES ET TECHNOLOGIES : une Formule 1 électrique auto rechargeable

ENERGIES RENOUVELABLES : l'éolien offshore est fortement subventionné

Première étape franchie pour les éoliennes en mer ; le 6 avril, le gouvernement a attribué trois parcs au tandem EDF-ALSTOM et un à celui réunissant AREVA et l'espagnol IBERDROLA. GDF SUEZ, pourtant candidat pour quatre lots soumis à l'appel d'offres, n'a rien décroché.

lpv271Après une phase de « levée des risques « ou les industriels peuvent se rétracter, près de 600 moulins à vent seront construits dès 2015, à une dizaine de kilomètres des côtes. L'exploitation débutera deux ans plus tard. Avec le second appel d'offres, lancé dans quelques semaines, 6000 mégawatts de capacité offshore seront installés d'ici à 2020, créant 10 000 emplois. Un investissement de 20 milliards d'euros, comparable au prix de trois EPR, pour une production à peine supérieure à celle de la centrale de Flamanville.

De quoi s'interroger : l'éolien offshore, nouvel eldorado ou nouvelle bulle ?

Les faillites actuelles dans le photovoltaïque incitent à la prudence. Comme le solaire , l'éolien offshore est fortement subventionné. Et le coût de construction des éoliennes offshore – environ 3,5 millions d'euros par mégawatts – est deux fois plus élevé que celui des éoliennes terrestres. Contrairement au solaire, le marché de l'offshore est plafonné en puissance. Autre différence ce sont les industriels qui fixent le tarif de rachat de l'électricité par EDF. Ce sont eux qui prennent le risque.

Lire la suite...

lu pour vous numéro 26

Détails

"Lu pour vous" numéro 26*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

Sommaire

  • LE CERVEAU NUMERIQUE
  • ASTRONOMIE : une lueur qui éclaire l’âge sombre de l’univers
  • TRANSPORT : la Chine mise sur les voitures à énergies nouvelles
  • ENERGIE : rendement record pour un panneau solaire

LE CERVEAU NUMERIQUE :

C’est un projet mondial aux enjeux scientifiques et financiers majeurs. Conduite par un consortium international de chercheurs, le projet «Blue Brain«, la modélisation du cerveau s’annonce comme la prochaine grande aventure scientifique.

On le compare au premier pas sur la lune ou au décryptage de génome humain.

lpv261Imaginez : faire apparaître sur un écran 3D un cerveau, réplique numérique d’un cerveau humain vivant. Zoomer à l’intérieur et se propulser dans l’enchevêtrement de milliards de cellules nerveuses reliées les unes aux autres par des kilomètres de fibres et des milliards de connexions ; d’un clic de souris, envoyer une impulsion dans une zone donnée et observer le trajet lumineux de l’influx électrique le long des fibres nerveuses, tout en visualisant les échanges chimiques au niveau des synapses. Enfin, chercher le moyen de réparer, toujours virtuellement, les dysfonctionnements et, à partir de là, mettre au point de nouveaux médicaments … Tel est l’outil inouï, futuriste, qui pourrait voir le jour dans vingt ans, selon Henry MARKRAM, directeur du Brain and Mind Institute à l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne et initiateur du projet.

Objectif : reproduire un cortex humain ,avec toutes ses caractéristiques anatomiques , électriques et synaptiques ; simuler et comprendre le cerveau humain – des gènes au comportement -, mais aussi construire de nouveaux calculateurs imitant les réseaux de neurones, accélérer le développement d’outils de diagnostic des maladies cérébrales, ou encore intégrer de nouvelles technologies inspirées du cerveau dans des robots (neurorobotique).

Lire la suite...

lu pour vous numéro 25

Détails

"Lu pour vous" numéro 25*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d'information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l'expression d'une prise de position de l'UDISS ou d'un jugement de valeur.

  • SANTE : la révolution des médicaments du futur
  • VOLCANOLOGIE : des chercheurs découvrent un nouveau super volcan
  • INVENTIONS : avion nain à vitesse supersonique
  • MOLLUSQUES MARINS : calamar volant
  • CLIMATOLOGIE : Antarctique, la surface du lac Vostok a été atteinte
  • ASTRONAUTIQUE : satellite nettoyeur
  • MATERIAUX : un dispositif pour canaliser la chaleur
  • LE METHANE POUR PRODUIRE DE L'ELECTRICITE
  • ARMEMENT : un rayon de chaleur contre les manifestants

SANTE : La révolution des médicaments du futur

Jean-Paul BEHR, membre de l'académie des sciences fait le point sur la chimie de formulation, qui permettra des avancées majeures en termes de santé.

Le prix Nobel de médecine 2006, décerné à Andrew PIRE et Craig MELLO, a secoué les fondations de la biologie. Leurs travaux ont révélé qu'une grande partie de notre ADN est en fait copiée en de petites molécules ARN (acide ribonucléique) fugaces qui harmonisent toutes les étapes du fonctionnement d'une cellule, depuis l'embryogenèse jusqu'à la mort : l'ARN interférence. Cette découverte majeure, qui ouvre la perspective d'agir sur n'importe quelle voie métabolique soulève d'immenses espoirs pour la recherche biomédicale.

Le premier défi qui se présente aux chimistes consistait à prolonger la survie de cette molécule intrinsèquement instable dans l'organisme afin qu'elle puisse jouer son rôle de médicament. Pour cela, ils ont commencé par « verrouiller » les atomes d'oxygène de l'ARN responsables de sa grande fragilité. Puis ils ont protégé ses extrémités afin de ralentir son excrétion par les reins.

La chimie des petits ARN interférents (SIRNA, en anglais pour small interfering ARN) est aujourd'hui au point.

Ils sont jusqu'à 100 fois plus stables dans l'organisme que leur version naturelle et il est possible d'en synthétiser de grandes quantités. Plusieurs entreprises conduisent des essais cliniques dans des conditions ou le SIRNA reste confiné dans un organe clos. Opko et Quark par exemple ont choisi de s'attaquer à des pathologies oculaires , comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Lire la suite...

lu pour vous numéro 24

Détails

 « Lu pour vous » numéro 24*

*Les articles qui figurent dans cette rubrique sont transmis à titre d’information scientifique et / ou Technique. Ils ne sont en aucun cas l’expression d’une prise de position de l’UDISS ou d’un jugement de valeur.

  • Technologie : de l’eau gluante
  • Stratégie : ASTRIUM multiplie les trajectoires, une activité à trois étages
  • La plus grande plate forme flottante du monde
  • Energie : « FLOWER POWER » augmente le courant électriquelpv241
  • Technique : une laque détecte les fissures
  • Comment le Qatar est devenu le premier investisseur mondial
  • Convertir le CO2 en pétrole : technologie de BSF (Bio Fuel System)

Technologie : de l’eau gluante

Des physiciens suédois ont réussi de transformer l’eau en une masse gluante à une température de 130° et une pression de 10 000 Bars.

Dans cette forme, elle pourrait se trouver également sur d’autres corps célestes.

Source : revue Der Spiegel, n°28/2011, info non signée.

STRATEGIE : ASTRIUM multiplie les trajectoires, une activité à trois étages.

Construction de satellites : ASTRIUM figure dans le Top 3 de construction de satellites, aux côtés de l'américain LORALl et le franco-italien THALES ALENIA SPACE.

La gamme va des petits satellites d'observation de quelques centaines de kilogrammes aux satellites de télécommunications de 6 tonnes, en passant par les satellites de renseignement militaire.

Lanceurs et transport spatial :

Maître d'œuvre industriel de la fusée Ariane 5, ASTRIUM est aussi en charge de la construction du module ATV (Automated Transfer Vehicle), chargé du ravitaillement de la station spatiale internationale (ISS).

Un engin cylindrique de 10 mètres de long, qu’Ariane 5 devrait lancer de Kourou le 9 mars 2012. Elle s'arrimera automatiquement à l'ISS à 28 000 kilomètre-heure, avec une précision de 1,7 centimètre, pour ravitailler la station avec plus de 6 tonnes de vivres, de carburant et d'équipements scientifiques. L’engin sera aussi chargé de corriger l'orbite de l'ISS, avant d'en récupérer les déchets et de se consumer dans l'atmosphère à l'issue de ses six mois de mission.

L'ATV est le véhicule spatial le plus sophistiqué jamais conçu en Europe.

Services spatiaux :

La filiale d'EADS part à la conquête des marchés émergents et américains. L’activité service est le principal relais de croissance du groupe, aussi bien dans le secteur commercial que militaire. L’acquisition en 2011 de VIZADA, un des leaders mondiaux des services spatiaux, pour 960 millions de dollars, renforce encore ASTRIUM dans le secteur civil et aux Etats-Unis.

Performances :

22 % de part de marché en 2011 dans les satellites géostationnaires, le cœur du marché des télécommunications.

Fiabilité :

46 succès consécutifs d'Ariane 5 et une plateforme de satellite E3000 parmi les plus performantes du marché.

5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2011, 14,4 milliards d'euros de carnet de commande à la fin 2011,13 satellites construits par ASTRIUM ont été lancés en 2011;18 000 salariés, dont 47 % en France.

Source: Challenges, n° 289, du 23 au 29 février 2012, signé Vincent LAMIGEON

Lire la suite...

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011