Les OGM

Détails

« Les Organismes Génétiquement Modifiés par Transgénèse : 

une grande conquête de l'humanité ou le pire des fléaux ? »

Jean-Claude LASSERAN, Ingénieur AgroParisTech promo 62, est un membre éminent de l'UDISS. Il nous présente dans son exposé les OGM appliqués au domaine des grandes cultures.

ogm1A l'aise sur ce sujet, il rappelle tout d'abord les grandes étapes des découvertes scientifiques qui ont conduit aux techniques et outils du génie génétique : structure de l'ADN, formules chimiques des nucléotides, rôle de l'ADN dans le mécanisme de synthèse des protéines, découverte du code génétique, biologie moléculaire, mise au point des outils du génie génétique et ....transgénèse.

Il montre que la transgénèse est un phénomène naturel que l'on observe dans de nombreuses contaminations de végétaux par des bactéries toxiques du sol. Ces transformations sont provoquées par l'introduction d'un gène (souvent pathologique) apporté à l'intérieur de la construction génétique des cellules végétales par un vecteur biologique produit par les bactéries, le plasmide. C'est ce phénomène qui est « copié » par les équipes scientifiques pour modifier le génome des plantes cultivées en y introduisant un gène (ou plusieurs) intéressant, par exemple, résistance à la sècheresse, aux insectes, aux maladies ou augmentation du rendement, de la teneur en protéines etc...

 

ogm2La transgénèse concerne de nombreux domaines d'application : Agronomie, Environnement, Industrie, Alimentation, Santé.

Jean-Claude LASSERAN se limite dans son exposé à l'agronomie qui est à elle seule est un vaste domaine d'application en termes de surfaces agricoles :

Les terres arables représentent 1,4 milliards d'ha.

En 2012 on estime à 12% les surfaces exploitées en OGM sur l'ensemble des continents.
En 2020 elles pourraient atteindre 18 à 20% des terres cultivées !

Les USA sont en tête des producteurs d'OGM mais le Brésil est moteur et leader de la R&D publique et privée. Le Brésil, l'Argentine, la Chine, l'Inde et l'Afrique du Sud représentent 40% de la production mondiale. Le soja, le maïs, le riz et le coton sont les principales cultures OGM, le blé fait l'objet de recherches importantes pour diminuer les intrants (engrais et pesticides).
En Europe seul le maïs MON 810 est concerné et «très encadré», l'Espagne en est le premier producteur, en France les cultures OGM sont interdites (moratoires).

ogm3Parmi les groupes leaders dans le domaine des biotechnologies végétales on trouve Monsanto, Dow, Pioneer, BASF, Bayer, Syngenta-Novartis, Limagrain-Vilmorin etc...

Des sites internet affichent des prises de position pour ou contre les OGM, des lobbies écologiques dénoncent les OGM comme la pire des inventions scientifiques surtout pour des raisons sociétales, des études récentes fortement médiatisées voudraient prouver la toxicité du maïs OGM, elles sont contestées par des organismes reconnus (INRA, CNRS, INSERM, universitaires) et de hautes personnalités scientifiques. Les média répercutent souvent de façon excessive les débats avec des phrases chocs etc...

En conclusion Jean-Claude nous propose de remettre un peu de sérénité et d'objectivité dans ce débat.
Certes il faut agir avec prudence et prendre toutes les précautions nécessaires aux essais mais il faut aussi avancer. Jamais les aliments n'ont été aussi contrôlés et soumis à autant de tests de contrôle qu'aujourd'hui.
Le potentiel de la technique OGM est considérable pour l'avenir de l'humanité.
Il faut le mettre en balance avec les risques possibles comme on l'a toujours fait pour les autres technologies.

   
© UNION DES INGÉNIEURS ET SCIENTIFIQUES DES SAVOIE - 2011